Amal Setta : «Je n’ai pas eu la chance de jouer le rôle d’une fille sage»

Amal Setta : «Je n’ai pas eu la chance de jouer le rôle d’une fille sage»

ALM : Parlez-nous de votre expérience dans le domaine du cinéma ?
Amal Setta : Je suis lauréate de l’Institut supérieur de l’art dramatique et d’animation culturelle (ISADAC). Ma première expérience, c’était avec le réalisateur Ahmed Maânouni qui m’a choisie pour jouer le rôle principal dans son film «Les cœurs brûlés». Ce film a remporté le Grand prix au festival national du film de Tanger en 2007. À partir de cette expérience, j’ai commencé à faire des connaissances avec les autres réalisateurs et je suis devenue de plus en plus connue dans le milieu du cinéma. J’ai participé dans des courts métrages et dans deux téléfilms de Adil Fadili où j’ai joué des rôles principaux.
Après j’ai travaillé avec le réalisateur Hassan Benjelloun qui m’a donné l’occasion d’interpréter un rôle principal, sans oublier mon expérience avec Mohamed Kherrat dans le feuilleton «L’autre dimension».

Le réalisateur Ahmed Maânouni dit que vous avez un potentiel énorme et une énergie rare dans le métier, comment expliquez-vous ce compliment ?
Cela me fait plaisir d’entendre ce compliment d’un grand réalisateur comme M. Maânouni. Il m’a fait confiance dès le début de ma carrière. J’ai appris en travaillant avec lui que l’acteur doit toujours essayer de garder la spontanéité.

Comment choisissez-vous les rôles proposés ?
Je suis actrice débutante, j’ai commencé à participer dans des films depuis que j’étais étudiante. Après un an d’étude, j’ai écrit mon premier scénario. J’ai attendu la sortie du film «Les cœurs brûlés» pour jouer dans un autre film. Je compte bien choisir les rôles qu’on me propose. Pour avoir une bonne prestation et un bon résultat dans un film, je compte toujours sur le réalisateur, les autres personnages, et mon entourage et je me base sur l’idée que défend le film. Je lis le scénario et je le  relis, et j’essaye de bien comprendre la valeur du scénario et l’importance de ses sujets par rapport à la société. Pour moi, le plus important c’est la confiance mutuelle entre l’acteur et le réalisateur. On doit avoir des idées communes sur le personnage parce que le personnage que je choisisse jouer doit montrer la réalité.

Que représente le théâtre pour vous ?
J’adore le théâtre et j’ai appris beaucoup de choses au cours de mes études à l’ISADAC. J’ai appris comment être présente sur scène, comment maîtriser ses émotions, comment analyser les personnages… Le problème qui se pose à moi est que je n’ai pas encore trouvé les pièces qui me conviennent. Puis le théâtre prend beaucoup de temps à cause des répétitions. Je ne peux pas faire deux choses en même temps. Personnellement, si je m’engage dans un projet, je m’engage à fond. Une pièce de théâtre représente pour moi un bébé qui naît puis meurt. Par contre le cinéma et la télévision font une mémoire. Les films voyagent partout dans les différents festivals du monde.

Quel est le rôle que vous voudriez jouer à l’avenir ? Et quels sont les rôles qui vous ont jusqu’à présent marquée?
Je n’ai jamais eu la chance de jouer un rôle d’une personne sage, quelqu’un qui aide les gens et qui donne des conseils. Après «Houriya», la jeune fille audacieuse et gaie dans le film «Les coeurs brûlés», j’ai joué le rôle d’une fille qui immigre en Europe et se retrouve exploitée par un réseau de prostitution contre lequel elle se rebellera. Ce film réalisé par Hassan Benjelloun dévoile un grand sujet de la société marocaine et qu’on peut trouver dans n’importe quelle société.
Le réalisateur de ce film a montré des réalités d’une façon pudique. J’ai joué un autre personnage de Laila, dans le film de «Taza». C’est une jeune fille adolescente qui a commencé à se droguer et se prostituer. Le film parle de l’importance de la famille pour les enfants. C’est un film qui traite les sentiments et les petits détails dans une atmosphère très chaleureuse.

À part le cinéma, qu’est-ce qui vous passionne le plus?
L’écriture et le voyage me passionnent. J’ai déjà écrit un scénario et je l’ai déposé déjà avec Hassan Benjelloun à la chaîne de 2M. La lecture et le voyage nous font découvrir d’autres cultures, les thèmes qui intéressent ces gens. J’aime lire les romans car cela me donne un nouveau souffle. Aussi, j’aime beaucoup regarder la télévision en famille.

Un dernier mot au public ?
Je vous aime.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *