Anass Zine : «Nous avons gardé l’esprit gnaoui dans notre nouvel album»

Anass Zine : «Nous avons gardé l’esprit gnaoui dans notre nouvel album»

ALM: Le groupe Gnawa Click vient de sortir son nouvel album, parlez-nous de cet opus…
Anass Zine : Nous sommes en ce moment en pleine session d’enregistrement des derniers titres de l’album, dans les deux studios professionnels de Casablanca «Plein les oreilles» et «El Boxo». Deux titres de cet album sont connus du grand public, à savoir «Maghribi» et «Sala Nabina». Du coup, nous avons été pris par la dynamique des sessions d’enregistrement et par la volonté de sortir cet album dont nous projetons la sortie pour la fin de l’année.

Quelle est la thématique que vous privilégiez?
Le concept de l’album s’est construit au fur et à mesure de l’avancée du groupe. Nous avons gardé l’esprit gnaoui, les rythmes Gnawa, l’ambiance de ces chants populaires. Nous avons même gardé le nom, mais aujourd’hui l’album que nous enregistrons a été étendu à beaucoup de styles musicaux différents. A force de rencontres interculturelles et musicales, nous avons adoré fusionner ces styles, de la salsa, au reggae en n’oubliant pas les mélodies orientales et maghrébines de notre patrimoine. La thématique, si il y en a une à trouver, c’est la diversité.

Y a-t-il un message à transmettre?
Le message, qui est transmis par le groupe et par les paroles du chanteur, c’est de ne jamais baisser les bras et de garder un maximum de positivisme dans la vie de chacun. Le groupe a été créé il y a six ans alors que nous n’étions que des étudiants au Conservatoire de Casablanca. Et depuis ce temps-là jusqu’à aujourd’hui, nous avons chuté, rebondi, nous sommes tombés pour finalement nous relever et présenter cet album en autoproduction.

Quels sont les obstacles que vous avez rencontrés dans votre parcours musical?
Au début de notre groupe, un des premiers obstacles a été de trouver un local pour la répétition. C’est un lieu important pour un groupe musical, pour se réunir, pour jouer, et pour composer de la musique. Aujourd’hui, nous travaillons en autoproduction. Nous sommes polyvalents en communication, nous faisons du démarchage auprès des festivals, des organisateurs. Nous nous occupons de la diffusion des titres auprès des médias. En plus de la composition musicale et de nos boulots respectifs. Voilà un peu les difficultés que nous rencontrons au quotidien, mais comme nous l’avons dit, nous n’avons jamais baissé les bras et sommes fiers de ce que nous avons accompli avant même la sortie de l’album.

Comment a évolué le groupe depuis le début?
Nous sommes tous des Casablancais et nous avons grandi avec les festivals, les concerts et dans le milieu artistique. Depuis notre rencontre au Conservatoire de Casablanca, nous avons évolué dans un réseau fourni de musiciens, de professionnels de l’évènementiel, des médias et de la communication. C’est dans ce milieu que nous avons trouvé la dynamique pour créer un groupe musical qui s’appellerait Gnawa Click.

Peut-on dire que le groupe est sur la voie du professionnalisme?
Oui, tout d’abord musicalement nous avons acquis de l’expérience et une technique de travail. Nous préparons les sets que nous jouons sur scène de manière plus organisée et cadrée. Nous essayons de créer nos sets en fonction du lieu qui nous accueille, de la thématique de l’événement et de la durée du show. Côté composition, nous sommes toujours à la recherche de nouvelles influences, nouvelles mélodies et nouveaux rythmes. Les musiciens, eux aussi, sont de jeunes professionnels. Nous sentons une certaine maturité dans nos chansons.

Quels sont vos projets?
Le plus grand projet en ce moment est celui de ce nouvel album. On arrive maintenant à la fin des enregistrements, il nous reste juste à y apporter les dernières retouches. Bien évidemment, on aimerait bien présenter cet album en 2012.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *