Asilah : 17 artistes-peintres marocains et étrangers pour orner les murs de la médina

Asilah : 17 artistes-peintres marocains  et étrangers pour orner les murs de la médina

Après avoir participé plusieurs fois à cet atelier, le célèbre calligraphe syrien Khaled Al-Saai sera encore présent cette année à travers une nouvelle peinture murale.

Prévu d’être lancé samedi 1er juillet, l’atelier de peinture murale réunit, cette année, à Asilah, quelque dix-sept artistes-peintres marocains et étrangers. Ils seront tous motivés de laisser leurs empreintes dans l’ancienne médina de la ville. Et ce dans le cadre du trente-neuvième Moussem culturel international, dont l’ouverture officielle des travaux est prévue, vendredi 7 juillet, à la prestigieuse bibliothèque Prince Bandar Bin Sultan d’Asilah. Les dix-sept artistes-peintres participant à cet atelier seront ravis de partager leur passion avec les Zaïlachis et les visiteurs de la ville. Dirigé par les deux artistes marocains Mohamed Anzaoui et Sanae Sarghini, «l’atelier de peinture murale est prévu de prendre fin juste avant l’ouverture officielle du Moussem. Et comme le veut la tradition, les fresques, réalisées au cours de cet atelier, sur les murs des quartiers de la médina, sont destinées à être exposées pendant toute une année», selon les responsables de ce trente-neuvième Moussem.

Une pléiade d’artistes-peintres prend part à l’atelier

Cet atelier -qui constitue une ancienne tradition, née avec la création du Moussem culturel il y a plus d’une quarantaine d’années- a vu au fil du temps se relayer une pléiade d’artistes-peintres venus des quatre coins du monde. Parmi eux, la célèbre américano-japonaise Mizue Sawano qui fait partie encore cette année des dix-sept artistes-peintres participant à cet atelier. Cette amoureuse de la ville blanche et habituée du Moussem s’est distinguée au fil des précédentes éditions par ses peintures murales reflétant les beaux paysages de son pays.

Le public ne peut pas être indifférent devant la grandeur des peintures de Mizue Sawano lesquelles laissent apparaître des couleurs et des formes des orchidées et des tournesols, mais l’empreinte d’Asilah y est présente. Il y a lieu de citer qu’après avoir participé plusieurs fois à cet atelier, le célèbre calligraphe syrien Khaled Al-Saai sera encore présent cette année à travers une nouvelle peinture murale. Ayant été primé lors des importants événements artistiques organisés, notamment à Téhéran, Damas ou Istanbul, il a réussi à impressionner le public lors de sa participation à de précédentes éditions en écrivant sur ses fresques des proverbes populaires les plus utilisés par les Marocains.

D’autres ateliers de peinture, de gravure et des enfants au menu

Parmi les dix-sept artistes de quatre nationalités différentes (Maroc, Espagne, Syrie et Japon) participant à cet atelier, figure une douzaine de peintres marocains, dont certains ont déjà pris part à cet atelier. C’est le cas des deux jeunes sœurs Ghita et Hiba Khamlichi qui se distinguent par leur peinture de jeunesse et leur audace dans le choix de leurs thèmes pour leurs œuvres.

Outre l’atelier de peinture murale, la programmation de ce Moussem se distingue aussi par la tenue, presque tout au long de cette trente-neuvième édition, d’ateliers de peinture, de gravure et des enfants aux jardins du Palais de la culture, plus connu des Zaïlachis par Ksar Raïssouni. Le programme comporte également des expositions de peintures prévues, du 7 au 25 juillet, au Diwan de ce Palais et aux Galeries du Centre Hassan II d’Asilah.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *