Asilah : L’art contemporain et les arts populaires chinois à l’honneur

Asilah : L’art contemporain et les arts populaires chinois à l’honneur

Plus d’une quinzaine d’artistes-peintres marocains et chinois réunis

La maison d’art contemporain (MAC) Asilah-Briech vient d’accueillir les travaux de son symposium international d’art contemporain, dont les travaux ont pris fin, dernièrement, sous le thème «Maroc-Chine : la route de l’art». Depuis son lancement au début d’été 2013, ce symposium a traité au fil des ans plusieurs thèmes dont la diaspora marocaine, la calligraphie contemporaine dans le monde, l’art africain et la Méditerranée et le Moyen-Orient. Selon les organisateurs, cette manifestation d’une semaine visait à mettre à l’honneur l’art contemporain et les arts populaires chinois. «Nous avons voulu consacrer cette année à la Chine pour son grand intérêt porté particulièrement au Maroc et surtout suite à l’accord de coopération culturelle signé entre le Maroc et la République populaire de Chine lors de la visite de SM le Roi Mohammed VI à Pékin», a souligné la présidente de l’Association pour l’art et la culture (Apac) Ahlam Lemseffer.

Organisé par l’Apac et la Fondation de la MAC en partenariat avec l’Institut Confucius à Tanger, ce symposium, dont les travaux ont bénéficié du soutien de l’ambassade de la République populaire de Chine, le ministère de la culture, la wilaya, le conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, la mairie de Tanger et la commune de Briech, a connu la participation de plus d’une quinzaine d’artistes-peintres marocains et chinois. Parmi lesquels figurent Saad Ben Cheffaj, Bouabid Bouzaid, Khaled El Bekkay, Rim Laabi, Wang Guan Ying, Zhu Hong et Han Feng. A l’instar des années précédentes, les organisateurs ont réussi à faire de ce symposium un lieu de communication et d’échange d’expériences entre les artistes marocains et leurs homologues chinois, tout en permettant au public de mieux connaître l’art et la culture de la Chine. «Ce genre d’événement témoigne des liens d’amitié entre la Chine et le Maroc, qui fêtent ensemble, cette année, le 60ème anniversaire de leurs relations diplomatiques. Il permet aussi de développer les contacts, l’échange d’idées et la coopération entre les artistes des deux pays», a affirmé Chen Dongyun, conseillère culturelle de l’ambassade de la République populaire de Chine au Maroc, faisant remarquer l’engagement de son département à poursuivre son soutien à ce genre d’événement qui est d’un apport considérable au parcours des artistes des deux pays.

De son côté, l’artiste-peintre et directeur du centre d’art moderne à Tétouan, Bouabid Bouzaid, a souligné l’importance de ce symposium qui lui a permis d’avoir de nouveaux amis parmi des artistes chinois. Malgré les différences culturelles et l’éloignement géographique entre les deux pays, «nous avons pu communiquer plus facilement entre nous grâce à notre amour commun pour l’art contemporain», a-t-il ajouté. 

Le programme de ce symposium a comporté une exposition collective des œuvres des artistes participants (réalisées lors de cette rencontre) ainsi qu’un colloque sur les traces d’Ibn Battouta. Il a été clôturé par une soirée poétique et musicale.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *