Au coeur de l’univers étonnant de la superstition

De nos jours, il est des gens qui s’adonnent encore à la sorcellerie et au charlatanisme. Plusieurs  raisons sont à l’origine de «ces étourderies» qui sèment la discorde dans notre société et qui émiettent un grand nombre de foyers. Des charlatans, des sorciers, on les trouve  dans des souks, à la campagne, dans des maisons où ils accueillent leurs victimes pour s’emparer de leur argent. Ce sont des gens qui prétendent prédire l’avenir et guérir les pires maux. Fatima est divorcée. Elle a deux enfants. Elle vivait dans le bonheur avec son mari. Un jour, on lui a demandé d’aller voir un sorcier si elle voudrait que son mari lui obéisse au doigt et à l’œil. Depuis qu’elle est allée voir ce charlatan qui lui a donné des élixirs et des talismans, Fatima vit dans l’enfer conjugal. Le comportement de son mari a complètement changé. Un jour, il décida de la répudier. «La sorcellerie était la cause de mon malheur», déclare Fatima.
Si le charlatanisme et la sorcellerie font des ravages dans un grand nombre de foyers, des gens continuent de croire que le bonheur dans la vie peut se faire par ces pratiques irrationnelles. Pour eux, il suffit d’aller voir un sorcier et les problèmes sont immédiatement résolus. La sorcellerie est un péché impardonnable. Plusieurs sorciers recourent à des pratiques pour induire les gens en erreur. Il y a les talismans, ce sont des papiers portant des écritures mystérieuses. Il y a aussi les incantations, les décoctions ou même les élixirs… Avant de délivrer un talisman à sa victime, le sorcier doit faire de petits calculs «Al Khate» à partir du nom de la victime et de sa mère pour connaître sa nature et celle de la chose qu’elle désire réaliser. Selon des informations recueillies auprès d’un sorcier, il y a quatre natures : l’eau, l’air, la terre et le feu. Le sorcier délivre son talisman après que sa victime lui a donné de l’argent «Laftouhe ».H.R est un sorcier âgé de 45 ans. Des hommes et surtout des femmes lui rendent visite quotidiennement, dans sa petite chambre, pour prédire l’avenir et réaliser leurs convoitises «Les travaux que j’accomplis ne valent pas le même prix. On vient me voir pour des problèmes de mariage, de divorce, de disputes familiales ou conjugales… Il y a des pratiques de sorcellerie qui demandent des semaines, voire des mois pour qu’elles donnent leurs fruits. Et plus le temps dure, plus le prix demandé augmente surtout avec l’achat de quelques plantes ou de l’encens… les prix que j’exige, selon la complexité des talismans et des incantations, varient entre 1000 DH et 10.000 DH», affirme H.R.. Omar est un autre genre qui travaille pour gagner de l’argent. Dans une petite chambre où il jette toujours de l’encens dans le braséro, il est souvent en train d’écrire des talismans «Hjabates» avec du safran  trempé dans l’eau de rose pour résoudre tous les problèmes sentimentaux. Et quand il décide de jeter le mauvais sort, de se venger d’une personne ou d’un démon à cause de ses pratiques sorcières, il écrit avec une encre noire «Smak ».
Omar avoue qu’il ne cherche qu’à gagner de l’argent. «Personnellement, j’exploite la crédulité des gens surtout celle des femmes. Je passe mon temps à écrire n’importe quoi. Malheureusement, nombreux sont ceux qui gaspillent leur argent en oubliant que c’est Dieu seul qui est capable de tout faire. Si ma sorcellerie était vraie et efficace, je chercherais des solutions pour moi-même pour sortir de la misère qui me désagrège avant de voir les problèmes des autres. Plus de 60 personnes viennent me voir quotidiennement dans ma chambre».
On constate donc et selon des témoignages que les charlatans qui pratiquent la sorcellerie nuisent aux gens en semant la zizanie dans les foyers. «La sorcellerie n’a jamais été une panacée pour les créatures humaines. Dans notre Livre sacré, Dieu a condamné la sorcellerie et le charlatanisme. Ce sont des pratiques qui induisent les gens en erreur et qui démontrent la faiblesse de ceux et de celles qui y croient», affirme un vieil homme. Aïcha est une autre victime d’un charlatan qui habite en ville.
Au début, Aïcha croyait que ce sorcier avait la clé de tous ses maux. Mais le jour où il a ramassé une grosse somme d’argent, il a aussitôt déménagé. Depuis, personne ne sait où il s’est installé. «Il m’a promis de soigner mon fils qui est possédé par les «jnoune». Je lui ai versé 2500 DH et il me disait de venir deux fois par semaine pour me donner des talismans. Un jour, on m’a dit qu’il avait pris la fuite. Mon fils est toujours malade», déclare Aicha, une femme âgée de 40 ans.
Le charlatanisme et la sorcellerie font tache d’huile de nos jours  dans la société. Il faut donc se méfier de ces menteurs qui exploitent la faiblesse et la crédulité des gens pour les induire en erreur et s’emparer de leur argent.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *