Avec l’appui de la fondation Friedrich Ebert Stiftung : La pièce de théâtre «Al kasma» documentée en publication

Avec l’appui de la fondation Friedrich Ebert Stiftung : La pièce de théâtre «Al kasma» documentée en publication

Le dialogue de la pièce de théâtre «Al kasma» (La part), ayant fait l’objet d’une tournée, vient d’être publié et présenté tout récemment à Rabat.

En éditant ce texte composé de quatre actes, l’association Issil pour le théâtre et l’animation culturelle documente «Al kasma». Au-delà du texte coranique autour de l’héritage, cette publication se justifie par l’existence d’un débat constant autour de la question de l’héritage et le constat de la réalité. «Dans la société marocaine, il existe plusieurs pratiques qui font des détours de la loi pour partager l’héritage de façon assez disproportionnée entre les filles et les garçons», indique, de la présentation de la 1ère édition du livre, Maria Verdu Delgado, directrice de l’association. Elle rappelle également que la production de cette pièce, appuyée par la branche marocaine de la fondation allemande Friedrich Ebert Stiftung, est de nature à initier une réflexion socio-artistique autour de cette question et un débat public dans ce sens.

A propos de ce texte écrit en darija, l’auteur Issam El Youssefi précise que cette pièce, mise en scène par Massoud Bouhssine, «allie la valeur créative à la connotation intellectuelle». Une telle démarche dépasse, d’après lui, l’unique interprétation scénique de la pièce comprenant également des monologues. 

De plus, cette pièce, ayant également un sens de l’humour, a, d’après la présentation, «respecté l’intelligence du public».

Lors du débat avec les spectateurs autour de la pièce, les initiateurs se sont d’ailleurs félicités des échanges autour de ce sujet qui n’est plus «un tabou» sociétal. Cela étant, la tournée de la pièce, interprétée par Fadila Benmoussa, Ouassila Sabhi, Benaïssa El Jirari et Farid Regragui sur une scénographie de Rachid El Khattabi, a été marquée, à l’issue du show, par un débat avec le public. Le tout en présence d’encadrants religieux, juridique et politique. Cette dimension politique se manifeste, selon la même source, par «l’intérêt que portent les élites intellectuelles et politiques au sujet de l’héritage. Ainsi il n’est plus l’apanage du champ religieux». Pour rappel, les organisateurs proposent de programmer d’autres tournées pour présenter la pièce et sensibiliser davantage au sujet. Ils ciblent également les petits patelins, là où la femme subit plus d’injustice. Ils suggèrent également de lancer les débats plus tôt parallèlement aux shows. Comme ils envisagent de faire une tournée dans les provinces du Sud pour cibler davantage un large public.    

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *