Baby Dahan : «Les magiciens marocains ont le vent en poupe»

Baby Dahan : «Les magiciens marocains ont le vent en poupe»

ALM : Marrakech, la cinquième édition de la magie et sûrement des acquis.
Baby Dahan : Cinq ans déjà. Une grande aventure qui s’est développée du mieux que nous avons pu. Heureux de dire que l’ascension a été rapide grâce aux efforts conjugués de nos partenaires. Une première édition avec 30 000 spectateurs, et l’an dernier, nous étions à 180.000. Cette année nous tablons sur 200.000 spectateurs. Nous sommes devenus le plus grand festival de la magie dans le monde, de part le nombre et la qualité des artistes invités.  Cette année nous invitons neuf pays dont le Maroc, pour la première fois largement représenté. Nous avons une douzaine d’artistes magiciens. A la fin de la soirée de gala du samedi 22 mars 2008, nous réservons une énorme surprise pour le public. Je suis heureux et fier de dire que tous les magiciens invités pour cette édition sont passés sur le plateau de l’émission française « Le plus grand cabaret du monde». Marrakech les réunira ensemble durant le festival.  Depuis sa création, le festival a été un espace de promotion et d’évolution pour de jeunes talents magiciens marocains.
Il y a eu toute une nouvelle génération qui évolue d’année en année ; Hamza, Youssef Jazouli… Un artiste comme Milou avait déjà la touche d’un professionnel à partir de la 3ème année. Nous avons découvert un bijou de magicien qui va sûrement représenter le Maroc sur le plan international.

La magie s’éparpille comme  des pollens. Comment s’explique ce choix d’aller vers les contrées du Royaume les plus loitaines?
Nous avons commencé par Laâyoune au mois de novembre. Nous avons découvert une région, une population et une culture ouverte aux cultures du monde. Nous travaillons aussi sur le 1200ème anniversaire de la ville de Fès. Nous serons à Safi, Khouribga, Casablanca. C’est une année charnière où nous allons éclater sur tout le Maroc. La magie est rentrée dans les mœurs. Tous les responsables sont conscients qu’il y a matière culturelle à offrir.  Une tournée régionale a été organisée du 16 au 18 mars 2008 à Tahnaout,  Chichaoua et  Kalâa Seraghna.

Des spectacles gratuits et populaires, sont-ils prévus, aussi pour  cette nouvelle édition?
Nos spectacles ont un caractère populaire et près de 99% sont gratuits. Nous invitons un grand nombre d’associations et d’écoles. Nous organisons comme je l’ai dit une tournée régionale à fin de partager la magie avec les personnes qui n’ont pas la possibilité de nous voir sur place, à Marrakech. Rabat nous a demandé aussi de créer un festival où foisonnera rire et magie.

La magie, un langage universel qui apporte beaucoup de  bonheur  aux petits et grands. Quel est l’impact du festival sur la ville de Marrakech ?
Sur le plan économique, c’est un impact positif. Sur le plan humain et  c’est le plus important; ce sont tous ces sourires et ces joies qui se dessinent sur les visages des personnes ayant assisté à un ou plusieurs spectacles de la magie. Marrakech est une ville magique, ses habitants, leurs traditions et coutumes sont imprégnés d’une sorte de magie naturelle.

Des difficultés ?
Malheureusement oui. Comme nous donnons des spectacles à 99% gratuits, nous  n’avons aucune entrée d’argent pratiquement de part les spectacles. Nos sponsors nous aident, je les en remercie. Nous avons monté ce festival avec un million et demi DH, c’est dérisoire, quand on voit la qualité des artistes que nous faisons venir. Quand on crée un festival à Marrakech, cela nous revient beaucoup plus cher qu’en France, car nous n’avons pas de billets d’avion, de transport…

Magie et culture ?
Un peuple doit se nourrir, non pas uniquement de nourriture, mais surtout de culture. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *