Bahya El Bahraini, une jeune artiste engagée

Bahya El Bahraini, une jeune artiste engagée

L’artiste zaïlachie Bahya El Bahraini est fascinée depuis son enfance par la mer et les animaux marins. Passionnée d’art contemporain et de design, cette jeune artiste se distingue par son engagement en faveur de la préservation de l’environnement et de la protection des requins et des dauphins. Sa peinture murale qu’elle est en train de réaliser ainsi que ses toiles présentées, actuellement, à la galerie Ibn Khaldoun de Tanger, à l’occasion du festival Tanger des arts plastiques, reflètent son engagement à cette cause environnementale. «Mon métier d’artiste me permet d’être très proche des gens et de mieux les sensibiliser sur la protection de l’environnement et la protection des espèces marins menacées de disparition. La mer, les requins et les dauphins sont toujours présents dans mes tableaux», révèle Bahya El Bahraini.
Dynamique et pleine d’optimisme, cette artiste-peintre est aussi designer. Elle est directrice artistique d’un bureau d’étude d’architecture et de design d’intérieur à Assilah, fondé par sa sœur Salwa El Bahraini, elle-même artiste-peintre et architecte d’intérieur. Elle a réussi en peu de temps à s’imposer et à se faire un nom dans ce domaine.
Ayant montré depuis son enfance son amour pour le dessin et les couleurs, Bahya El Bahraini aimait alors petite fille reproduire sur papier les objets et les célèbres personnages de dessins animés. Ayant été toujours élève brillante et obtenu son baccalauréat en sciences expérimentales avec mention assez bien, elle a choisi en 2004 d’intégrer l’Institut national des beaux- arts de Tétouan et de se spécialiser dans le design. «Mes années de baccalauréat scientifique m’ont permis de m’initier facilement aux techniques du design, la photographie, peinture… J’ai décidé ainsi de m’y adonner», confie Bahya El Bahraini.
Ayant obtenu son diplôme en 2008, cette jeune artiste remporte la même année le troisième prix du concours international de la conception du billet de banque commémoratif de 50 DH, lancé par Bank Al-Maghrib. Elle a aussi participé la même année à l’atelier de gravure organisé lors du 30ème Moussem d’Assilah. Elle s’est consacrée pendant deux ans à son métier de designer avant de décider en 2010 de prendre part grâce à sa peinture murale au 6ème Festival de Tanger sans frontières. Elle participe la même année à une exposition collective à la maison de culture de M’diq, qui sera suivie de plusieurs autres organisées à travers le Maroc.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *