Bal des revenants : Fakhreddine Rajhi, un Wydadi de pure souche

Bal des revenants : Fakhreddine Rajhi, un Wydadi de pure souche

Comme le cas de tous les footballeurs d’antan, Fakherddine Rajhi  a évolué en compagnie de ses copains sur les terrains vagues de son quartier à l’ancienne médina de la ville de Casablanca. Très jeune, il joue au ballon rond à proximité de Derb Tazi, il tapait au ballon dans les terrains vagues qui se trouvaient à côté de l’aquarium. «On jouait au terrain Qsiba, nous formions une vraie équipe de footballeurs, nous nous entraînons et nous affrontions des équipes des autres quartiers. À cette époque, nous avions déjà un public qui venait pour nous encourager. Nous nous comportions comme des passionnés de ce sport. Chaque dimanche à 10 heures, nous organisons des rencontres avec d’autres équipes. C’était comme une sorte de rituel», rapporte Fakhreddine Rajhi.
Fakhreddine continua de jouer au football dans les quartiers de sa ville, quand une personne nommée Haj Watrich, un ami du grand joueur Belmahjoub le découvre et l’amène au club du WAC pour l’inscrire avec les juniors. «J’ai intégré le WAC à 18 ans, j’avais comme entraîneurs Soufi, Bassalem, Kabour, Mustapha Pèdro, Masson et El Gandaoui. Ces entraîneurs étaient comme de vrais pères et de vrais éducateurs, pour tous les joueurs de notre club. J’évoluais comme ailier gauche. Je jouais à côté de Bettache, Saber, Abdelkhalek, Larbi Ahardane, Berrikha, Moujahid et les autres. Il m’a fallu me battre et travailler durement pour m’imposer au sein de ce groupe des grands joueurs. Et ce n’est qu’en 1981-1982 que je suis devenu titulaire dans l’équipe A. Mais je reste toujours remplaçant. La saison 1982-1983 était l’année de mon vrai lancement au sein du Wydad Athletic Club», se rappelle-t-il. Il fréquenta ainsi trois générations de joueurs, Bouderbala, Badou Zaki, Fadel, Ben Abicha et les autres. Il joua également aux côtés de Rachid Daoudi, Noureddine Naybet, Lahcen Abrami, Shaita, et les autres.
Fakhreddine  intègra le Wydad en 1981, pour y évoluer jusqu’à 1994. Il resta fidèle à son club durant 22 années. Durant ces années, il remportatrois quatre fois le championnat du Maroc, c’était en 1986-1990-1991 et 1993. En 1990, il remporta en compagnie de ses coéquipiers la Super coupe Arabe.
En 1992, le WAC gagne la Coupe de la ligue des champions Africains.
En 1994, ils remportent la Coupe afro-asiatique. Les Wydadis remportent aussi, la Super coupe d’Afrique en 1992.
Parallèlement à son évolution au Wydad, ce joueur au sein des Rouges est sollicité par l’équipe nationale en 1983, «j’avais joué en compagnie d’une armada de joueurs nationaux et c’était un grand honneur pour moi, il s’agissait de M’jid, Krimau, Timoumi, Zaki, Dahane, Merry, Bouderbala, Dolmy, Elbayaz et les autres». À la Coupe d’Afrique des Nations en 1985 en Egypte, aux Jeux olympiques en Allemagne de 1992 et à la Coupe du monde de 1994 aux USA, «le fait de porter le maillot national et défendre les couleurs nationales , m’a toujours passionné et je me suis donné à fond pour m’imposer au sein du onze national», souligne-t-il. En 1995, il se lance dans une carrière d’entraîneur, il encadre ainsi les cadets du Wydad. Puis, il part en France pour une formation d’entraîneur. Une fois de retour, il intègre l’école du WAC, il y travaille durement, encadre les jeunes footballeurs et vit une année d’excellence. Il part pour entraîner le Raja d’Agadir pour une seule saison en 1998-1999.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *