Bertolucci, Palme d’honneur, ouvre le 64ème Festival de Cannes

Le cinéaste italien Bernardo Bertolucci, première Palme d’Honneur de l’histoire du festival de Cannes à 70 ans en a ouvert mercredi soir la 64è édition. «J’ai attendu un peu, je vais avoir ma Palme d’Or», a déclaré le réalisateur de «1900» et du «Conformiste», sur la scène du Palais des Festivals, en recevant des mains du président du festival, Gilles Jacob, cette distinction destinée à récompenser un réalisateur privé jusqu’alors de Palme d’Or – sans pour autant «le canoniser de son vivant», a insisté M. Jacob. En chaise roulante en raison d’un mal de dos invalidant, Bertolucci, ravi et ému, a aussitôt dédié son trophée à «tous les Italiens qui ont encore la force de lutter, critiquer, s’indigner» sous le gouvernement Berlusconi. Peu auparavant, l’actrice française Mélanie Laurent, toute de tulle noir vêtue, avait lancé les festivités en célébrant ces «onze jours qui en valent cent» et font de Cannes sur tapis rouge la capitale du cinéma mondial. Le président du jury, Robert De Niro, accueilli lui aussi par une «standing ovation» d’un parterre prestigieux et ébloui, a tenu à exprimer son ravissement en français : «Merci pour m’inviter ici, pour le 75… 64’tième (sic) Festival de Cannes. J’espère que je fais un bon travail et encore merci», a-t-il prononcé sous les acclamations. Cela faisait longtemps que Cannes voulait s’honorer de la présidence de cet acteur-producteur-réalisateur américain, fondateur du festival de Tribeca, à New York, qui siège cette année à la tête d’une équipe comprenant notamment Uma Thurman, toute en blanc, Jude Law ou Olivier Assayas. Après la projection d’une version couleur – miraculeusement retrouvée – du «Voyage dans la lune» de Georges Méliès (1902), c’est un autre citoyen de New York, Woody Allen, qui donnait le coup d’envoi cinématographique avec la projection (hors compétition) de «Midnight in Paris»: cette ode à la capitale française, qui offre son premier rôle à la Première Dame de France, Carla Bruni-Sarkozy, en guide du musée Rodin a été saluée par la presse à la mi-journée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *