Casa Drawing: Une première édition consacrée au dessin contemporain

Casa Drawing: Une première édition consacrée au dessin contemporain

Le présence du dessin contemporain se fait de plus en plus insistante depuis une décennie et tient désormais une place prépondérante dans le champ de l’art contemporain international.

Pour faire connaître cette discipline, la diversité de ses techniques et de ses artistes au Maroc, une première édition lui sera dédiée au Musée de la Fondation Abderrahman Slaoui, du 12 octobre au 12 décembre. Rebaptisée «Casa Drawing», une initiative organisée par «Moroccan Contemporary Art Initiative», et un commissariat assuré par Yassine Balbzioui et Bechar El Mahfoudi. Pour ce faire, «Casa Drawing» donne l’occasion de découvrir et redécouvrir des créations de six artistes marocains et étrangers résidant au Maroc.

On retrouve en premier lieu l’artiste contemporaine Amina Benbouchta. Celle-ci a développé un corpus d’œuvres qui trouve sa source dans l’exploration des limites de la peinture, transformant concepts et observations en image, sculpture et installation. La diversité des médiums qu’elle explore permet d’analyser pleinement la complexe structure sociale de la vie contemporaine. A voir également Julie Bernet-Rollande.

Cette artiste résidant au Maroc a commencé par travailler dans la décoration puis l’illustration de livres. Sa première exposition individuelle sur le dessin a été dévoilée à Marrakech en 2013. A ne pas rater les créations de Simohammed Fettaka. Cet artiste autodidacte développe une pratique plus globale d’artiste visuel, s’incarnant dans des séries photographiques, des collages, ainsi que des installations régulièrement exposées à l’international. Il faut également citer Badr El Hammami.

Celui-ci expérimente de façon poétique le concept de frontière autour d’un ensemble d’installations, textes, photographies, vidéo et performances. Il questionne cette notion arbitraire sans laquelle l’étranger ne serait pas. Son statut d’étranger en France lui permet une lecture paradoxale des cartes et des territoires. Enfin, il ne faut pas oublier le travail de Said Afifi et Yassine Balbzioui.

Le premier artiste explore les nouvelles technologies et fait évoluer ses œuvres entre de multiples mediums : installations interactives, photographie, dessin ou vidéo. Quant au deuxème, il développe, dans une veine néo-expressionniste, une production d’une grande richesse formelle et sémantique, dans laquelle la représentation de l’humaine animalité, le plus souvent sous le couvert du masque, croise les notions.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *