Casablanca : présentation du livre « Maroc, culture, art et mémoire » en hommage à feu Mohamed Sijelmassi

Le livre « Maroc, culture, art et mémoire », un hommage à feu Mohamed Sijelmassi retraçant le parcours d’un homme hors pair, a été présenté, mercredi soir, à la Fondation du Roi Abdul-Aziz Al-Saoud à Casablanca, en présence d’une pléiade de personnalités des mondes de la culture, de l’art et de la politique.

L’ouvrage, réalisé en langue française par un groupe de chercheurs parmi les amis d’un homme passionné, tente de jeter des regards croisés sur son œuvre et mettre en relief les multiples dimensions de son aventure intellectuelle, à travers des réflexions sur les questions de l’image dans son travail, l’anthropolgie de la culture, la peinture et l’archéologie relative au Maroc.

Médecin, écrivain, photographe et éditeur, le Dr. Sijelmassi a consacré une partie majeure de sa vie à la valorisation et à la transmission du patrimoine marocain. Il a publié une trentaine d’ouvrages qui font référence, grâce à la qualité de leur contenu scientifique et des illustrations qui les accompagnent.

Esthète, érudit reconnu dans le monde, sa passion pour les diverses formes d’expression artistique et sa volonté de la partager à travers ses livres ou expositions ont fait de lui un acteur prépondérant de la scène artistique marocaine.

Paru à « Oum Editions », l’ouvrage (151 pages) se décline en trois chapitres: une vie au service de la culture, actes du colloque « Regards croisés sur l’œuvre de Mohamed Sijelmassi » et hommage posthume à cette grande figure de la culture marocaine, disparu il y a dix ans.

Le livre comporte des récits passionnants sur les aventures intellectuelles communes avec feu Sijelmassi racontées par de nombreuses personnalités, universitaires, chercheurs, écrivains et médecins.

S’exprimant à cette occasion, M. André Azoulay, Conseiller de SM le Roi, a indiqué que feu Sijelmassi « incarne à la fois l’excellence dans son métier de médecin, de scientifique, de photographe et d’écrivain, avec une grande capacité d’apporter et d’écrire dans tout ce qui nous est précieux, notre histoire, notre patrimoine et notre culture dans leurs expressions plastique, littéraire, photographique ».

M. Azoulay, qui a exprimé son émotion de participer à cet hommage, a fait savoir qu »il est très important de prendre à juste mesure ce que les hommes de ce talent ont laissé pour les générations montantes », notant que « la richesse incarnée par une seule personne donne toute la légitimité et la réalité à nos ambitions, y compris les plus exaltantes ».

Pour sa part, Mohamed-Sghir Janjar, chercheur et directeur adjoint de la Fondation du Roi Abdul-Aziz Al-Saoud, a noté que feu Mohamed Sijelmassi est « une véritable institution culturelle » ayant déployé des efforts importants pour contribuer au développement de ce secteur au Maroc.

« Il s’agit de l’un des rares écrivains à proposer des livres d’art dans une époque où ce genre d’œuvre n’existait pas au Maroc », s’est-il remémoré, relevant que l’image photographique correspond, dans la démarche du défunt, à un mode de penser où l’argumentation se construit par le recours constant au visible.

L’universitaire, Ali Benmakhlouf a estimé qu’à l’instar des anthropologues, feu Mohamed Sijelmassi aborde la culture non pas à partir de supposés traits identitaires monolithiques, mais par le recours aux outils culturels ou cultuels en tant que lieux de croisement multiples et comme fruits d’emprunts divers aux origines perdues à jamais.

A travers son approche orientée vers la diversité et sa logique de médecin consistant à examiner, il a permis de rendre visible ce qui a été dissimulé en donnant à voir la mémoire du Maroc, a-t-il dit.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *