Casablanca tient à son festival

Casablanca tient à son festival

Le festival international de Casablanca n’a pas été définitivement enseveli. Les précédentes tentatives de réanimation de cet ambitieux projet ont beau n’avoir pas abouti, la Wilaya du Grand Casablanca ne renonce pas pour autant à l’idée de cette manifestation. Le Wali de Casablanca a même annoncé une date : 2004. Le principe d’une manifestation prestigieuse a été maintenu. Néanmoins, il existe une nouveauté dans l’organisation de la manifestation. « Ça sera le festival de la ville et non pas de telle ou telle autre personne. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues, mais dans le cadre d’une équipe qui sert Casablanca », nous a confié Omar El Kabbaj, président du Conseil Régional du Tourisme à Casablanca (CRT). Cet organisme participe très activement à la réflexion autour de la manifestation et en défend ardemment l’organisation. Le président du CRT explique que les fins touristiques assignées au festival sont très importantes pour la ville. Il ajoute qu’il faut non seulement permettre à l’événement de voir le jour, mais lui assurer une pérennité. « Casablanca a un nom mythique, et il ne faudrait pas que les personnes qui la visitent, pour la première fois dans le cadre du festival, soient déçues », dit-il. Pour le moment, le nom d’aucun artiste n’est prononcé. Il est même difficile de savoir si le cahier des charges établi par l’ancienne équipe sera reconduit ou non, comme nous l’a expliqué un responsable à la Wilaya. Tout le monde se souvient que la manifestation avait été annoncée en grandes pompes, du temps où Driss Benhima était wali de Casablanca. Porté par l’architecte Rachid Andaloussi, le festival avait été annulé en raison d’un montage financier irréalisable. Des stars comme Eric Clapton, BB King étaient attendues. Les événements dans de nombreux espaces de la ville étaient si bien ficelés que leur non-avènement paraissait impossible. Le thème de la manifestation, « modernité de la ville », avait fait le tour de la presse. Cet événement a bénéficié d’un tapage médiatique impressionnant avant qu’il ne soit né. La nouvelle du maintien du festival international de Casa va réjouir les amoureux de la ville. Alors que les festivals culturels fleurissent dans de nombreuses villes du Royaume, Casablanca est dépourvue du moindre événement culturel pouvant lui servir d’icône. Une ville comme Essaouira compte plusieurs manifestations internationales qui ont fait sa réputation dans le monde. Fès et Rabat peuvent également s’enorgueillir d’événements à la forte identité culturelle. Et dans une métropole de la taille de Casa, il n’y a rien ! Il est urgent de chercher à remédier à cela, mais avec une manifestation cohérente dans le concept qui la fonde. En vérité, le premier festival de Casablanca a été réfléchi de façon tellement ambitieuse que son trop d’éclatement l’a rendu irréalisable. Il est difficile de commencer par une manifestation qui recouvre de multiples formes d’art : cinéma, arts plastiques, danse, musique et chant. Il faut revoir cette tentation mégalomane à la baisse et chercher un thème fédérateur et clairement identifiable. Avec un seul genre artistique, et beaucoup de qualité, une manifestation internationale a plus de chance d’exister à Casablanca, et de s’imposer.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *