Castello Real Essaouira : Une stèle pour un château oublié

Castello Real Essaouira : Une stèle pour un château oublié

Décidément, les remparts de la ville d’Essaouira ne sont pas là que pour protéger les Souiris. En effet, ils semblent également avoir été bâtis pour garder jalousement des secrets séculaires d’une ville pleine d’histoire. Des secrets percés peu à peu par des chercheurs curieux de lever le voile sur le passé pour le moins chargé de la ville aux remparts.
Et c’est ainsi que l’une des pages de l’histoire d’Essaouira vient d’être réécrite par la découverte de l’origine du nom de la ville. Plongeons donc dans ce bout d’histoire qui ne semble plus exister que sur les parchemins.

Tout commence par la découverte, au 18ème siécle, de l’existence d’un château dénommé le «Castello Real». Il s’agit d’un site historique, bastide fortifiée édifiée par les Portugais en 1505 au temps du roi Emmanuel II du Portugal, sur un îlot en face de Dzira Sghira, qui porte actuellement la jetée ouest du port d’Essaouira. Ce fort d’une dimension approximative de 40 mètres sur 30 avait permis de signaler pour la première fois sur les cartes le site d’Amagdoul, devenu par la suite le Mogador que l’on connaît. Il aurait pourtant longtemps été un oublié des recueils consacrés à l’histoire du Maroc.

Revenons à cette histoire de nom de la ville. Le nom de Souira ou Tassort, connu bien avant la fondation de la nouvelle ville en 1764, est le diminutif féminin de «sour», désignant une enceinte ou un rempart en référence aux ruines du petit château Castello Real, abandonné par les Portugais en 1510. À noter que Henri de Castries avait signalé pour la première fois ce château dans «Les sources inédites de l’histoire du Maroc». Un ouvrage publié à la fin du 19ème siècle.  Ceci dit, dans les guides et dans la plupart des revues touristiques, Essaouira perd souvent son étymologie véritable de «rempart» pour devenir «la bien dessinée».
Aujourd’hui le mystère a été rompu.

Et pour mettre fin aux débats vides et aux méprises, l’Association Essaouira Mogador et l’Alliance franco-marocaine ont organisé le 11 juin, une journée culturelle de présentation et d’inauguration d’une stèle commémorative, en mémoire du château portugais Castello Real et dont les vestiges se trouvent au port d’Essaouira. Un effort qui a été opéré par André Azoulay, président de l’association, en partenariat avec Rachid Boutti, chercheur à l’Université Ibn Zohr d’Agadir. A noter que la stèle contient un code QR qu’il suffit de scanner avec un smartphone pour qu’un renvoi vers le site Internet soit opéré.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *