Célébration de la Journée de la femme: Une trentaine d’œuvres exposées à Marrakech

Célébration de la Journée de la femme: Une trentaine d’œuvres exposées à Marrakech

L’atelier des arts plastiques de l’Association le Grand Atlas (AGA) a organisé, jeudi 17 mars, une exposition collective sous le thème «Visions féminines». Cet événement, présidé par le professeur Mohamed Knidiri a eu lieu au sein des locaux de l’AGA dans la ville de Marrakech et a connu l’exposition d’une trentaine d’œuvres. Les élèves de l’atelier de l’association, principalement des femmes, ont pu célébrer, chacun via son propre regard, la journée de la femme avec des toiles émancipées et très colorées.

Des couleurs irréelles et des portraits de pointe !

Cette initiative, dirigée par l’artiste peintre Moulay Driss El Idrissi Chafik, avec la collaboration du peintre Abderrahim Menan, a été une vitrine de paysages, d’imaginaire et de styles surréalistes, affirmant tous une présence sans altérer la vision plastique.
L’exposition de l’atelier, malgré la modestie des moyens, s’est articulée autour des mythes et légendes, de l’imaginaire féminin, une façon d’ouvrir encore davantage l’esprit de ces artistes femmes pour la plupart.
Moulay Driss El Idrissi a présenté également ses œuvres, au milieu de celles de ses élèves. Une dizaine de portraits féminins qu’on peut lire comme dans un saut littéraire à travers une palette coloriste rêveuse ou poétique, libérée par toutes les tensions de l’harmonie.

Un atelier militant…

Rappelons que l’AGA a créé cet atelier en tant que soutien pour former et promouvoir les jeunes et moins jeunes artistes inconnues, de conditions optimales, à un meilleur exercice de leur vocation et de leur ambition. Cette école artistique leur permettra aussi de renforcer une certaine notoriété, leurs connaissances ainsi que leur reconnaissance, par la discipline des arts plastiques.
Les initiateurs de ce nid créatif mettent en avant le goût de l’expression personnelle et de la création à tout individu, dans le but d’assurer un rôle social. Cette émancipation très spécifique milite contre l’inaction, le chômage et l’ennui des jeunes et continue de les réintégrer en tant que levier participatif à l’épanouissement culturel de leur environnement.

Maryem Laftouty
Journaliste stagiaire

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *