Ces grandes figures qui nous ont quittés en 2016

Ces grandes figures qui nous ont quittés en 2016

Même si c’est tout à fait naturel et que toute vie a une fin, on ne peut passer sans revenir sur le «départ définitif» de grands artistes lors de l’année 2016.

Entre jeunes stars et celles âgées, les pertes se sont succédé. De quoi endeuiller la scène artistique pour un bon bout de temps ! Chacun de ces artistes avait, de son vivant, son propre art. Que ce soit en photographie, en théâtre, ou en musique ou encore en Beaux-arts, l’ensemble de ces artistes a laissé une empreinte dans les styles dans lesquels ils ont œuvré au point de devenir incomparables, voire irremplaçables. Tel est le cas de Tayeb Seddiki. Un artiste hors pair avec son immense talent et sa grande culture. A lui seul, il constitue la référence principale du théâtre marocain. Quant au défunt Saïd Chraibi, il était maître du luth, mondialement connu et reconnu et ses performances résonnent encore un peu partout dans le monde arabe surtout. Abdellatif Zine, lui, s’est démarqué en art figuratif et était d’un grand apport aux Beaux-arts. Rétrospective sur ces artistes éminents.     

Leila Alaoui : Un flash qui ne retentira plus

Le 18 janvier de l’année qui prend fin, la photographe franco-marocaine est décédée suite à ses blessures dans une attaque terroriste à Ouagadougou où elle se trouvait pour réaliser des photographies pour Amnesty International. Son décès a suscité un vif émoi dans son entourage, ainsi que celui de ses fans vu son départ à un jeune âge et la qualité de ses œuvres.

Tayeb Seddiki : La référence

Ayant œuvré dans plusieurs disciplines artistiques à la fois, Tayeb Seddiki était un intellectuel incomparable dans le milieu artistique. Outre la personnification en cinéma et le melhoun, il a marqué la scène par les 36 pièces de théâtre qu’il a adaptées et les 24 pièces qu’il a personnellement conçues. Son empreinte sur le théâtre restera indélébile. En 2000 il a créé son théâtre privé à Casablanca.  

Moha Achibane: L’immortel

Sa philosophie de la danse Ahidous triomphait sur toutes les autres troupes de cet art. Chose qui lui a valu l’appellation de «Maestro». Moha Oulhouceine Achibane, qui a entamé sa carrière artistique en 1950, a vivement marqué cet art du Moyen Atlas par ses performances. Quand il s’est éteint, le 19 février 2016, il était âgé de 100 ans.    

Saïd Chraibi, le luthiste Zen 

De son vivant, cet artiste hors pair, toujours serein et dont les airs musicaux éveillaient les sens, était un maître du Oud. Sa musique, exceptionnellement raffinée, a dépassé les frontières. C’est pourquoi il est considéré comme l’un des meilleurs luthistes du monde. Il a également composé pour plusieurs artistes marocains. Feu Chraibi a de plus reçu des honneurs de grands artistes de la musique arabe.

Abdellatif Zine: Une perte douloureuse

Le 20 décembre dernier, l’artiste-peintre marocain, Abdellatif Zine, a rendu l’âme à l’âge de 76 ans des suites d’une maladie. Le milieu artistique lui doit la création de l’Association nationale des arts plastiques. Le défunt, connu pour l’art figuratif, a également été président fondateur du Syndicat des artistes plasticiens marocains. Comme il a créé le Trans’Art, alliant la musique, la danse, le chant et la peinture. Son expérience artistique poussée lui a valu le poste d’expert auprès des tribunaux pour les Beaux-arts.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *