Chair, Poes et Skunkdog posent leurs regards sur la «monumentalité»

Chair, Poes et Skunkdog posent leurs regards sur la «monumentalité»

Ils proposent une expérience immersive autour de la figuration narrative à l’espace rouge à Marrakech

Après avoir dévoilé son programme «In-Discipline» en février dernier, la Fondation Montresso revient cette fois-ci à son espace Jardin Rouge avec la 3ème édition de «XXL». Il s’agit d’une exposition événement organisée, jusqu’au 30 juin, autour de la thématique «La monumentalité». Celle-ci présente l’univers singulier de trois générations de graffeurs. Il s’agit du Tangérois Mohamed Saïd Chair, le Parisien Poes et le Marseillais Skunkdog. Ces artistes proposent un regard intergénérationnel, porté sur notre monde à travers une expérience implacable et immersive autour de la figuration narrative. «Véritables témoins de leurs temps, c’est à travers une expérience à la fois implacable et immersive que les artistes de la présente sélection proposent de nous révéler un regard intergénérationnel, porté sur notre monde», expliquent les organisateurs à ce sujet.

Des portraits hyperréalistes de Mohamed Said Chair

Artiste autodidacte, ce n’est qu’après quelques années passées dans le monde de la finance que Mohamed Said Chair va se consacrer à plein temps à l’exercice de sa passion. Dans la continuité du projet «Into the box» mettant en scène des supers-héros Marvel, Mohamed Said Chair présente sur carton une nouvelle série de portraits hyperréalistes à l’esthétique Pop. A travers une acuité particulière qui ne veut cacher aucun détail, l’artiste s’applique ainsi, dans une quête obsessionnelle, à sonder la nature humaine à travers son enveloppe charnelle. Déclinaison des drapés, clairs-obscurs, précision anatomique, verdaccio, Mohamed Said Chair va utiliser toutes les techniques académiques classiques afin d’interroger sur la forme d’aliénation moderne que représente la culture de masse. Héros déchus de nos sociétés actuelles, les personnages de Mohamed Said Chair se retrouvent alors enfermés dans ces corps en déclin à la chair dépérissante, affublés de costumes de toutes sortes. En révélant ainsi l’intimité crue de ses modèles, l’artiste impose un rapport sans frontières. Au-delà de la lutte intérieure manifeste qui anime ces protagonistes, ce sont tous les paradoxes et incohérences d’une société sclérosée qui nous sont ici relatés.

Humour et ironie dans l’univers de Poes

Invité régulier de Jardin Rouge, Poes prolonge pour XXL sa réflexion autour d’une construction de ses œuvres comme théâtre réduit de la réalité et de ses rêves prégnants. Réponse ludique et avisée de l’artiste au conformisme ambiant, il déploie humour et ironie afin de nous donner à voir des récits fantastiques. Bercé par la culture graffiti et les héros de bande dessinée, Poes puise cette fois son inspiration dans l’iconographie antique afin de réaliser deux toiles monumentales teintées d’anachronisme.

L’œuvre de Skunkdog : Une pensée emprunte de culture punk et des codes de la rue

Attentif au monde qui l’entoure, Skunkdog est un véritable témoin de son temps. Volontiers hors normes, sa quête d’objectivité cohabite joyeusement avec une pensée emprunte de culture punk et des codes de la rue. L’œuvre de l’artiste, fragments d’une vie et d’un vécu, constitue de toute évidence un éloge de la folie, un combat contre les dogmatismes et les fanatismes de notre monde. Objets de récupération, collages, peinture vinylique, feutres, c’est dans une certaine effervescence créative que Skunkdog tente de ramener les prétentions métaphysiques de l’homme à leur juste mesure.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *