Château Perdicaris à Tanger: La réhabilitation est en marche

Château Perdicaris à Tanger: La réhabilitation est en marche

Tanger met les bouchées doubles pour son projet de rénovation et de restauration de ses principaux sites historiques et culturels. Chargé d’une partie de la mémoire de la ville, le château de Perdicaris vient de connaître le lancement des travaux de réhabilitation de ses locaux, et ce, dans le cadre de l’ambitieux programme royal Tanger-Métropole.

D’un coût global de 10 millions de dirhams, ce projet permettra de donner une nouvelle vie à cet ancien bijou architectural ainsi que ses espaces extérieurs mythiques. La mise en état de l’ensemble de ce site historique nécessite un travail minutieux et de longue haleine. D’autant plus que le projet prévoit de préserver l’ancienne architecture de l’intérieur et la façade extérieure de ce château, dont la construction date de la fin du 19ème siècle. Se distinguant par son aspect architectural espagnol et une vue imprenable sur la mer, les locaux de ce prestigieux bâtiment comporteront ses éléments décoratifs reflétant aussi bien le goût que l’ambiance festive de la haute société moderne et étrangère de l’époque.   

Il est à noter que l’objectif de ce projet de réhabilitation de ce château, qui fait partie d’une vaste opération de restauration et de rénovation des principaux sites historiques mise en place dans le cadre du programme Tanger-Métropole, est de contribuer à la préservation et l’enrichissement du patrimoine culturel et touristique en vue d’attirer encore plus de touristes marocains et étrangers à Tanger. D’autant que les locaux de ce bâtiment sont témoins de plusieurs faits historiques ayant fait l’objet de l’histoire du film américain «Le lion et le vent» (de John Milius), sorti en 1975 en salles.

Selon les connaisseurs de l’histoire de la ville, son ancien propriétaire, le diplomate américain Ion Perdicaris, a voulu faire de ces lieux un cadeau à son épouse souffrant à l’époque d’asthme. Il s’est mis à l’œuvre dès son arrivée en 1872 à Tanger. Ion Perdicaris a jeté son dévolu sur un terrain de près de 70 ha pour y construire un bijou architectural et naturel au milieu d’un paysage pittoresque (dans la forêt de Rmilat). Pour ce faire, il a fait venir, pendant des années, plusieurs sortes de plantes et espèces exotiques de l’étranger.

Il est à rappeler que parmi les sites historiques, culturels et touristiques, les plus fréquentés et bénéficiant du programme Tanger-Métropole, figure celui des Grottes d’Hercule dans sa globalité, dont les travaux avancent selon le planning préétabli. Il s’agit en plus du renforcement des parois de ces célèbres grottes, l’aménagement des espaces extérieurs, la construction des locaux commerciaux, des cafés et restaurants ainsi que la modernisation du réseau d’éclairage public.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *