Chaumet réinvente les codes de la montre

Chaumet réinvente les codes de la montre

Lancée en 2003, la ligne Dandy de Chaumet avait déjà marqué de son empreinte le monde horloger. D’une élégance discrète et intemporelle, la Dandy se présente comme la montre de soirée par excellence aussi sophistiquée que précieuse. La dernière-née de la collection, la Dandy «Arty» réinvente complètement l’identité génétique de cette icône pour la propulser dans le 21ème siècle, annonce Chaumet dans un communiqué de presse. Luxe, précision et minimalisme. Elle a tout pour elle. Toutefois, avant d’aller plus loin dans la présentation de ce nouveau modèle, il faut indéniablement souligner que la collection Dandy prend naturellement naissance dans l’histoire de la maison Chaumet. En effet, le joaillier crée depuis plus de deux siècles des bijoux pour hommes, complément indispensables à l’élégance masculine. De l’empire au romantisme, de la belle epoque à l’art déco, les collections d’épingles, les montres de gousset, les boutons de manchette et de plastron, les insignes, les chevalières et les bagues se succèdent et séduisent les plus illustres. Du prince Anatole Demidoff au Marquis de Montesquiou, de Boni de Castellane à Marcel Proust, en passant par Sacha Guitry, tous clients fidèles de la maison. Initialement développée sous le nom de code «Sacha Guitry», la collection de montres et de bijoux Dandy, porte en elle les valeurs de la maison du 12, Place Vendôme. Depuis les toutes premières pièces sorties, la collection Dandy a imposé au fil des modèles son identité. Asymétrie, contrastes mats et brillants, polis et satinés, jeu de couleur, la griffe se reconnaît. Sans oublier les rayures bayadères, inspirées d’une affiche publicitaire Chaumet des années 20, gravées sur le cadran. Quant au chiffre 12 des 12 heures, il s’agit d’un petit rappel à l’emblème de l’adresse Chaumet au 12 Place Vendôme. Cette année, Chaumet réinvente les codes de la Dandy avec toujours plus de créativité. L’Edition Arty que l’on avait pu découvrir précédemment dans sa version only watch est arrivée. Si le boîtier de 40 mm conserve la forme coussin caractéristique de cette collection, l’asymétrie se radicalise avec deux compteurs décentrés, juxtaposés. À l’image des montres digitales, l’heure se lit de gauche à droite. Pourtant il y a bien un cadran, et des aiguilles. Ou plutôt trois cadrans avec deux compteurs décentrés. L’un pour les heures sautantes affichées en chiffres, l’autre pour les minutes et un dernier pour les secondes. Une réelle révolution. Soulignons également le positionnement de la couronne à 12 heures qui évoque le remontoir des montres de poche. Quant au bracelet couture en cuir vernis, il reprend l’effet smoking dans le prolongement des rayures bayadères gravées ton sur ton sur le cadran. La Dandy Arty se décline en deux modèles d’abords celui en acier avec mouvement mécanique à remontage automatique, développé exclusivement pour Chaumet en collaboration avec un atelier genevois de renom. Le calibre CP12V-V permet un affichage décentré des heures, minutes et secondes. Les rayures bayadères guillochées, qui traversent le cadran de façon stylisée, sont reproduites sur la platine du calibre automatique et sur le fond saphir du boîtier. Enfin, le motif «rond dans un coussin» tapisse la masse oscillante, visible grâce à la glace de fond transparente du boîtier. Pour le second modèle, il est en or rose. Il s’agit d’une édition limitée et numérotée à 120 exemplaires exclusifs.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *