Chhiwates de Choumicha en une bouchée

Rares sont celles d’entre nous qui n’ont jamais essayé de relever leurs manches, d’entrer dans une cuisine, déterminées enfin à «faire la popote», simplement pour essayer, puis de réussir un plat, d’y prendre goût, et de recommencer… Choumicha y a pris goût et a recommencé. Elle en a même fait son métier avant tout parce qu’elle aime manger, cuisiner et innover en gastronomie.
Depuis le début de son émission en janvier 2001, d’abord intitulée «Les chhiwates de Choumicha», puis «Chhiwates» tout court, Choumicha a largement séduit les téléspectatrices, toutes classes sociales confondues, par un concept d’émission classique, travaillé à la manière moderne avec des jeux de caméras divertissants, une réalisation délassante, une équipe méticuleuse et perfectionniste et une animation sincère dans un décor des plus agréables qui change régulièrement : nouveaux plats, fleurs, couleurs chatoyantes… C’est sûr ! Elle porte bien son prénom, Choumicha soit « Petit soleil », et quand elle évolue sur son plateau de tournage, entre le mixeur, les couteaux, les ingrédients et ses gâteaux, elle rayonne en s’adressant à ses téléspectatrices et affiche un grand sourire séducteur et rassurant. Le tour est joué ! Voilà la recette d’un bon programme culinaire contemporain, non fastidieux et lourd à la digestion, à la manière de ceux qu’on a l’habitude de voir.
Et c’est l’avis de beaucoup de maîtresses de foyers au Maroc. Les «Chhiwates» de Choumicha les ont réconciliés avec les émissions culinaires télévisées. Après le pionnier Abderrahime Bargach, qui avait connu un franc succès sur TVM, malgré quelques reproches au coût assez important de ses propositions culinaires, après «Lounja» qui avait été longtemps diffusée sur 2M, c’est au tour de Choumicha de prendre le relais du créneau culinaire, et à en croire le succès de son rendez vous quotidien, elle n’est pas prête de le quitter.
Mais Choumicha, c’est qui au juste? Choumicha Chafay Acharki est née à Casablanca et y a grandi. Après une terminale Sciences expérimentales, notre future cordon bleu travaille et s’active tout en faisant des études de publicité qu’elle arrêtera momentanément pour co-animer «Le mot juste», jeu diffusé sur 2M et animé principalement par Ramzi. Elle gardera un excellent souvenir de cette première expérience télévisée bien que la présence d’un public l’intimide. Elle enchaînera avec l’émission bilingue pour les enfants «Les trois chemins» sur 2M, pendant une année. Suivra alors une émission de sensibilisation sur l’environnement pour la TVM, en 1996-97. L’expérience qui suit est celle de la radio. Elle animera une émission matinale de 2h, pendant 2 ans, intitulée «Casa Promo». Un souvenir que notre verseau évoque avec enthousiasme. Après la radio Choumicha se souvient : «J’ai fait les costumes et les accessoires au cinéma et dans la publicité. Etant par nature quelqu’un de très curieux, j’avais envie de découvrir autre chose. Ça a été une expérience passionnante et très enrichissante». En parallèle, elle fera du doublage pour des publicités. Puis en janvier 2001, c’est le début de l’aventure «Chhiwates»… Dans la pratique c’est la simplicité qui fait recette. Mais Choumicha a su séduire son public par son côté attachant car naturel. Elle le démontre chaque jour sur 2M, lors de son rendez-vous quotidien, désormais bien établi auprès des ménagères…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *