Cinéma d’animation : Meknès aux couleurs de l’Afrique

Dès sa première édition en 2001, le festival du cinéma d’animation de Meknès (FICAM) a voulu offrir au public de Meknès des formes cinématographiques originales, éloignées de ce que proposent les réseaux de diffusion commerciale. Enrichissant d’édition en édition sa programmation et les thématiques qu’il aborde, les organisateurs ont eu pour ambition cette année de rassembler différentes potentialités des quatre coins de l’Afrique. Lors  de cette 8ème édition du festival qui se tiendra  du 8 au 16 mai à Meknès, seront représentés en plus du Maroc,  plusieurs pays africains notamment l’Algérie, Tunisie, Égypte, Libye, Sénégal, Zimbabwe, Burkina Faso, Niger… Et cela à travers des avant-premières, des rétrospectives, des cartes blanches à des studios, des leçons de cinéma, des ateliers de formation, et des tables rondes.
La programmation internationale n’est pas en reste puisque plusieurs avant-premières sont proposées, pour des films produits aux Etats-Unis, au Japon, en Espagne, en Italie, en France et en Allemagne.
Parmi les réalisateurs qui seront présents lors de cette 8ème édition , la burkinabée Cilia Sawadogo, auteur de nombreux courts-métrages et de deux longs-métrages, «La femme mariée à trois hommes» et «L’arbre aux esprits», le réalisateur tunisien, Zouhaier Mahjoub, auquel FICAM rend hommage et entre autre le réalisateur zimbabwéen Roger Hawkins, auteur de «La légende du royaume du ciel», premier long-métrage africain d’animation. Par ailleurs, sera projeté en ouverture du festival le film français «La Reine Soleil» de Philip Leclerc. Un film qui raconte les aventures de Akhesa, une ravissante princesse de 14 ans qui se rebellera un jour contre son père «le pharaon Akhenaton». Également en ouverture du festival le film «Mémoire de l’ombre» du réalisateur libyen  Madghis Afoulay. Le film rend hommage à l’une des figures emblématiques de l’histoire amazighe: Jughurtha.
Une nouveauté de cette année, la première compétition africaine du film d’animation, durant laquelle quelque 9 courts-métrages seront en lice parmi eux, le film marocain «Blad Skizo» de  Amine Beckoury et Chouaib Chirrour. Cette compétition s’ajoute à celle du Grand Prix Aïcha de l’animation, doté de 50 000 DH et qui sera à sa 3ème édition cette année.  Son objectif est de promouvoir la création marocaine en matière de film d’animation. Le jury de cette année sera composé de Jihane El Bahar, scénariste et réalisatrice, Amine Beckoury, réalisateur de films d’animation et Adil Semmar, journaliste. Aussi pour la première fois cette année, l’organisation chaque soir de projections gratuites sur la plus grande place de la médina, la place l’hdim. Ces séances s’ajoutent à celles du Centre Interculturel Fondouk El Henna, de l’Institut français, de la délégation du ministère de la Culture et du cinéma Caméra dont le festival célébrera le 70ème anniversaire. Le FICAM sera suivi d’une tournée marocaine de six programmes de courts et de longs-métrages, qui seront projetés dans douze villes notamment Fès, Casablanca, Rabat, Kénitra, Marrakech, Essaouira, Agadir, Safi, El Jadida, Tanger, Tétouan et Oujda. Cette opération intitulée FICAM Maroc aura lieu du mercredi 14 mai au dimanche 29 juin 2008. 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *