Cinéma : Jesse Einsenberg applique la leçon de Woody Allen

Cinéma : Jesse Einsenberg applique la leçon de Woody Allen

Après son rôle mémorable dans «The Social Network», Jesse Einsenberg retrouve le réalisateur de «Zombieland», Ruben Fleischer, pour «30 minutes maximum», une comédie grand public où l’acteur tente d’appliquer les recettes d’interprétation de son «héros» Woody Allen. L’acteur de 27 ans, qui avait été nommé à l’Oscar pour son incarnation de Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook dans «The Social Network», prête cette fois ses traits juvéniles à Nick, un livreur de pizza à la vie médiocre choisi pour cible par un duo de fils à papa aussi décérébrés que velléitaires, cherchant un pigeon pour dévaliser une banque à leur place. Les deux compères (Dany McBride et Nick Swardson) kidnappent Nick, lui accrochent une bombe autour du torse et lui donnent quelques heures pour s’exécuter. Il entraînera son ex-meilleur ami (Aziz Ansari) dans l’aventure. Le film, est sorit vendredi sur les écrans nord-américains (le 16 novembre en France) a fait naître un début de polémique aux Etats-Unis, où une histoire similaire s’était produite il y a quelques années en Pennsylvanie, mais s’était soldée par l’explosion de la bombe et la mort du livreur de pizza. L’équipe du film s’est vigoureusement défendue de s’être inspirée de l’histoire ou d’avoir voulu blesser la famille. Scénaristes, réalisateur et acteurs ont affirmé que le seul objectif du film -et son défi- avait été de mêler des éléments sérieux à des ressorts de comédie classique. «C’est toute la difficulté d’un film comme celui-là», a déclaré Jesse Eisenberg à l’AFP le soir de la première.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *