Cinéma : «Mirages» de Talal Selhami : Sortie nationale le 9 janvier

Cinéma : «Mirages» de Talal Selhami : Sortie nationale le 9 janvier

Mercredi 9 janvier, les cinéphiles auront rendez-vous avec la Sortie nationale du long-métrage «Mirages» de Talal Selhami. Une œuvre produite par Ali N’productions et la Société nationale de radiodiffusion et dé télévision en association avec Wallpaper productions. Ont pris part à ce film d’une durée de 1h45 les acteurs Aïssam Bouali, Mustapha El Houari, Omar Lotfi, Meryam Raoui et Karim Saïdi. Cette œuvre cinématographique est marquée par la participation amicale d’Eric Savin. A propos de ce casting, le réalisateur dit : «à l’image des cinq candidats du film, il me fallait un casting hétéroclite, de vraies gueules».     
L’histoire du film tourne autour de cinq personnes aux profils très différents qui se retrouvent en compétition pour décrocher un emploi important dans une multinationale qui vient de s’installer au Maroc. Suite à un entretien avec le président-général de la société, les candidats se voient proposer une ultime épreuve dans un lieu tenu secret afin de les départager. Ils acceptent et montent à bord d’un minibus dépourvu de vitres… Après des heures de route, le véhicule a un accident et les candidats se retrouvent prisonniers de la carcasse de métal. Ils réussissent à en sortir en unissant leurs forces, mais découvrent qu’ils sont en plein milieu du désert et que le chauffeur a disparu. Ne sachant si l’accident est réel ou si l’épreuve commence, les candidats vont errer dans le désert à la recherche d’indices et seront confrontés à leurs peurs les plus intimes. Concernant ces faits, Talal Selhami indique : «C’est un film d’aventure fantastique, un thriller, un film un peu à la croisée des genres». Et d’enchaîner : «C’est un film qui se veut populaire avant tout».
De plus, le cinéaste avoue avoir appris énormément de cette expérience. «Mirages était un tournage très compliqué tant pour les conditions physiques que pour les contraintes budgétaires et de temps. La post-production n’était pas facile non plus. J’ai eu la chance de tomber sur des producteurs ambitieux et sur une équipe formidable qui a tout de suite accepté les règles du jeu», révèle-t-il.
Après «Mirages», ce réalisateur français caresse l’espoir de  retourner au Maroc, qu’il considère son pays, avec le film «L’Oasis».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *