Cinéma : Un musée cinématographique pour la ville de Ouarzazate

Cinéma : Un musée cinématographique pour la ville de Ouarzazate

C’est maintenant chose faite : Ouarzazate a finalement son musée cinématographique, un monument artistique qui vient enrichir le cachet aussi bien authentique qu’architectural de la cité. Son emplacement au coeur de la ville, mais surtout en face de la célèbre Casbah de Taourirt, l’érige en un passage incontournable pour les visiteurs. Avec un complexe artisanal à quelques mètres seulement, Ouarzazate dispose désormais d’un trio d’une rare magnificence. Le musée n’est pas tombé du ciel. L’endroit n’est autre que l’ancien studio italien où l’on tournait les productions cinématographiques se rapportant à l’histoire ancienne, notamment aux histoires de la Bible. Occupant une superficie de deux hectares, ce studio, mis en place vers la première moitié des années 90 du siècle dernier, a servi aux besoins de plusieurs films de renom «Jesus in the shadow of the lord», « Paul of Tarsus», «Judas and Jesus». Harmonie spatiale oblige, l’endroit accueille ses visiteurs par sa muraille architecturale marocaine. La couleur ocre douce renvoie directement à l’histoire du pays aux mille Casbahs. Une fresque d’authenticité. Et dès l’entrée, on est frappé par des décors renvoyant tantôt à la Grèce ancienne, tantôt aux civilisations antiques du Moyen-Orient (Une église avec son patio. Au milieu, une statue de l’un des cardinaux de l’ancienne église). Les bâtisses donnent une impression du vrai, alors que le tout n’est qu’en plâtre. Une visite guidée permettra ainsi de se rendre de la salle de soins, à celle des réunions politiques, du sénat où siègent les nobles et cardinaux, aux étables et même à la prison où étaient incarcérés les guerriers ennemis. Il ne manque plus que l’arène de combats des temps anciens, comme celle où l’Australien Russel Crow avait interprété le rôle de «Gladiateur» tourné à Ouarzazate, ainsi qu’une maison pharaonique, deux projets inscrits dans l’agenda de la province initiatrice de ce projet. «Effectivement, nous envisageons de construire plusieurs autres décors afin de parfaire ce bel endroit, les décorateurs de la ville, vu leur expérience, étant désormais des artistes, peuvent recomposer en plâtre tous les décors vus à l’oeil nu», indique Mohamed M’rini, chargé du dossier du cinéma à la province. Cette initiative est sans doute un atout majeur pour le cinéma et pour la promotion du tourisme dans la région.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *