«A la merveille» de Terrence Mallick

«A la merveille» de Terrence Mallick

Il y est question d’amour et de quête de soi.  Mais une fois n’est pas coutume, Terrence Mallick, cinéaste très économe, signe deux films en deux ans. Le fait est tellement rare qu’on se demande si ce besoin de filmer n’influe pas négativement sur l’œuvre. Tant il est vrai que l’auteur de «Badlands», «Des moissons du ciel» ou encore «The Thin Red Line» travaille à l’instinct et ne fait des films que quand il ne peut pas s’empêcher d’en faire. Autrement dit, quand il a quelque chose d’essentiel à partager.

Sinon, il s’occupe de philosophie, lui qui a  enseigné Martin Heidegger à Harvard. Pour ce dernier film A la merveille, il s’agit de l’histoire d’un couple. Neil et Marina, qui se sont connus sur le tard. Leur passion à la Merveille -Le Mont-Saint-Michel- leur fait rattraper le temps perdu.  Neil pense qu’il a trouvé chaussure à son pied. Pour lui, c’est la femme de sa vie. Marina est magnifique. Elle est drôle, elle veut s’engager et elle a déjà un vécu derrière elle. Originaire d’Ukraine, Marina est divorcée et mère d’une fillette de 10 ans, Tatiana. Les deux amoureux décident  de s’installer dans l’Oklahoma. Très vite la vie montre ses mauvais côtés.

Marina se sent prise au piège. Pour trouver du réconfort dans sa solitude loin de son pays natal, elle cherche conseil auprès d’un autre expatrié, un prêtre catholique nommé Quintana. Mais cet homme est aux prises avec une grave crise de foi. Marina décide de retourner en France avec sa fille. Neil se console avec Jane, une ancienne amie à laquelle il s’attache de plus en plus. Lorsqu’il apprend que rien ne va plus pour Marina, il se retrouve écartelé entre les deux femmes de sa vie. C’est le dilemme de la vie. Le bonheur qui s’enfuit toujours. Terrence Mallick travaille encore une fois sur les sentiments humains et leur confusion. Il puise aussi au plus profond de l’âme humaine pour nous livrer une belle réflexion sur la croyance et la foi. Juste dans la droite lignée de  tout ce qu’a réalisé le cinéaste, toujours avec acuité, une grande rigueur et sans compromis.

Réalisé par Terrence Mallick.
Avec Ben Affleck, Olga Kurylenko, Rachel McAdams, Javier Bardem,  Charles Baker et Romina Mondello.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *