Abdelilah El Jaouahri: Le cinéma marocain se porte bien

Abdelilah El Jaouahri: Le cinéma marocain se porte bien

ALM : Le Centre cinématographique marocain vous a accordé une avance sur recettes avant production de trois millions quatre cent mille dirhams pour réaliser votre long métrage «Cri de l’âme». Que représente pour vous cette initiative ?
 

Abdelilah El Jaouahri : Je suis très heureux de cette belle initiative de la part du CCM. C’est une grande responsabilité pour moi et j’espère que je serai à la hauteur des exigences du spectateur marocain.
 
Quelle est l’idée de ce projet?

Le film «Cri de l’âme» est réalisé d’après le scénario de Othmane Acheqra. Je me suis inspiré de trois histoires de trois personnalités qui ont vécu dans les années 70 dans la ville du phosphate Khouribga.  

Quel est le budget total de ce film ? Et Comment comptez-vous financer sa production ?

Le budget total du film est estimé à 800 millions de dirhams. Je compte plutôt sur le sponsoring et le soutien des fonds étrangers pour compléter le montant nécessaire à la production de ce film.

Quels sont les acteurs qui vont jouer dans ce film ?

Je n’ai pas encore choisi les acteurs et rien n’est confirmé pour le moment. Concernant le lieu de tournage, ce sera la ville de Khouribga. Le tournage est prévu pour l’année prochaine, entre mars et avril.

En tant que réalisateur et critique du cinéma, comment évaluez-vous le cinéma marocain ?

Le cinéma marocain se porte bien. Aujourd’hui, le Maroc produit plus de vingt longs-métrages par an et plus de 80 courts-métrages et des dizaines de films documentaires, en plus de plusieurs manifestations, de festivals cinématographiques.

Néanmoins, il existe des obstacles qui empêchent le progrès du cinéma marocain. Il y a lieu de citer la situation des salles de cinéma en réduction et en dégradation progressive. Il ne faut pas oublier la question du piratage qui s’avère être un fléau touchant au fond les droits d’auteur.

Je peux dire également qu’il faut penser à la qualité et pas à la quantité. Un réalisateur doit produire de bons films.

Bio-express  

 

Réalisateur et scénariste marocain, Abdelilah El Jaouhari est titulaire du diplôme d’études approfondies en littérature moderne à la faculté des lettres de Fès, en 1991. Il est membre actif dans plusieurs associations culturelles et cinématographiques.

Réalisateur pour le compte de la télévision marocaine, il a réalisé plusieurs émissions autour de la culture cinématographique. Réalisateur de cinéma, il a déjà à son actif plusieurs courts métrages dont «De l’eau et du sang», primé lors du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou.

Sa filmographie compte également deux films documentaires «Raja bent El Malah» et «La danseuse»,  «Clics et déclics» est son premier court métrage de fiction tourné en 35 mm.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *