Abdelilah El Jaouhari tourne son «Cri de l’âme»

Abdelilah El Jaouhari tourne  son «Cri de l’âme»

Le réalisateur marocain Abdelilah El Jaouhari vient d’entamer le tournage de son nouveau long-métrage intitulé «Cri de l’âme», produit par Bouchta Vision.

Une œuvre cinématographique qui a, selon Abdelilah El Jaouhari, bénéficié des subventions du fonds d’aide du Centre cinématographique marocain d’une valeur de 3 millions 400 centimes.

Pour tourner son film dont le scénario est conçu par Othmane Achekra, le réalisateur s’entoure d’un casting de renom. Prennent ainsi part à ce long-métrage les artistes Saida Baâddi, Mohamed Errzine, Salah Dizan, Jihan Kamal et Abdelhak Belmjahed. «Le premier rôle est interprété par Youssef Arabi. C’est son premier long-métrage», précise à ALM Abdelilah El Jaouhari en relatant l’intrigue de son œuvre cinématographique. «C’est un film qui retrace les années de plomb (1970) via 4 histoires différentes mais qui ont le même dénouement», enchaîne le réalisateur en détaillant les dessous de son long-métrage. «C’est un film qui rend hommage à la aïta», poursuit Abdelilah El Jaouhari en rappelant que c’est la première fois que Hajib interprète une chanson de film avec une cheikha. «Il s’agit de cheikha Donna qui garde encore ses talents et sa voix», ajoute le réalisateur qui précise que le tournage de son film, dont les faits se déroulent à Casablanca et Khouribga, prendra fin le 18 octobre prochain.       

Outre «Cri de l’âme», Abdelilah El Jaouhari a réalisé plusieurs productions artistiques. Ainsi, il compte à son actif le court-métrage «De l’eau et du sang» ayant raflé le prix Poulin d’or au Festival fespaco de Ouagadougou en 2015. Aussi, Abdelilah El Jaouhari a réalisé le film documentaire intitulé «Rajae Bent El Mellah» qui a décroché 3 prix au Festival national du film de Tanger dont le prix du jury. Ce documentaire a également participé au 1er festival ciné-plage à Harhoura où il a remporté le Grand prix. De surcroît, «Rajae Bent El Mellah» participera, selon le réalisateur, à d’autres festivals à l’instar de celui du cinéma méditerranéen d’Alexandrie qui se tiendra en ce mois de septembre et celui du film arabe de «Malmö» qui commencera en fin septembre, ainsi qu’à bien d’autres festivals comme celui de Strasbourg. En plus de «Rajae Bent El Mellah», le réalisateur a conçu le long-métrage «La danseuse» et le court-métrage «Clics et déclics».       

Pour rappel, Abdelilah El Jaouhari est également scénariste et critique de cinéma.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *