Anas El Baz : «Je n’accepte pas un rôle qui touche à ma culture et mon identité»

Anas El Baz : «Je n’accepte pas un rôle qui touche à ma culture et mon identité»

Entretien avec Anas El Baz, Acteur

ALM : Vous êtes à l’affiche du nouveau film «Burn Out» de Nourddine Lakhmari actuellement dans les salles obscures, parlez-nous de votre rôle dans ce film….

Anas El Baz : Je joue le personnage de Jad, le rôle principal dans ce nouveau film. C’est un bourgeois casablancais qui vit en «burn out». Ce golden boy en pleine crise existentielle qui, après avoir vendu la société de son père, souhaite divorcer de son épouse, Ghita. Il vit très mal sa vie, il évite de côtoyer tout ce qui l’entoure à l’instar des entrepreneurs de la Bourse et les tradeurs. Son seul ami est un jeune cireur nommé Ayoub. L’histoire de cette amitié entre un bourgeois et un petit cireur va rythmer ce film dans la mesure où Jad va découvrir un certain aspect de la vie qu’il ne connaissait pas avant. Sinon, le film en entier raconte une mosaïque d’histoires des classes sociales, le riche, le pauvre ou le politicien.

Comment s’est fait le choix du personnage «Jad» ?

J’ai accepté le rôle une fois que j’ai lu le scénario. J’ai découvert qu’il s’agit d’un rôle très différent de celui que je faisais auparavant dont notamment mon rôle dans le film «Casanegra». C’est important qu’un acteur choisisse soigneusement et continue à diversifier ses rôles.

Vous êtes souvent présent dans les films de Nourddine Lakhmari, pourquoi ?

J’ai travaillé avec ce talentueux réalisateur pas mal de fois parce qu’on s’entend très bien. J’avais envie de jouer dans son film «Zéro» mais ça n’a pas été le cas. Nourddine Lakhmari c’est quelqu’un qui fait très attention aux détails. Même s’il me connaît très bien, j’ai passé le casting pour jouer le rôle d’un commissaire, mais malheureusement j’étais trop jeune. Pour ce film, «Burn Out», il m’a envoyé le scénario. Une fois qu’il l’a terminé il m’a proposé le rôle principal et j’étais très content. C’est un réalisateur qui sait bien mettre en avant son acteur. Et cela me fait énormément plaisir. L’acteur doit toujours se sentir aimé et motivé. Il doit savoir gérer sa carrière et son travail. Heureusement, je ne suis pas seul, je suis encouragé par ma femme.

On vous remarque plus dans le cinéma que dans la télé ou le théâtre….

C’est vrai que je suis présent plus dans le cinéma que la télévision. Mais ce n’est pas un choix, le format ne me pose pas un problème, mais tout dépend du scénario. J’ai participé dans quelques projets télévisés qui vont être diffusés prochainement, dont le film «Lemhaba Zayda» de Brahim Chkiri. Je joue également dans la série «Moumou 3ayniya» avec Sanaa Akroud et Mohamed El Jem. En ce qui concerne le théâtre, je l’avais fait au début de ma carrière mais je suis prêt à toute proposition. Je veux bien travailler avec Hicham El Jebbari. J’aime les pièces de théâtre qu’il met en scène.

Quels sont les rôles que vous aimeriez jouer ?

J’aimerais bien jouer le rôle d’une personnalité historique à l’instar de Tarik Ibn Zyad. J’aimerais bien également faire une comédie musicale. J’appelle les scénaristes et les réalisateurs au Maroc à penser à faire ce genre théâtral.

Quels sont les genres de rôles que vous ne pourrez pas faire ?

Il m’a été proposé de faire plusieurs rôles dont celui d’un terroriste, un homosexuel… mais j’ai toujours refusé. Ce genre de rôle me pose problème. En tant qu’acteur, je n’accepte pas un rôle qui puisse toucher à ma culture et mon identité.

Quel est le film qui vous a marqué le plus dans votre carrière ?

«Casanegra». Ce film m’a effectivement très marqué.

Quels sont vos projets ?

Je viens de terminer le tournage d’un nouveau long métrage intitulé «Retour à Bollène» de Saïd Hamich. J’y joue le personnage de Nassim. Un jeune homme de 30 ans, qui vit à Abu Dhabi avec sa fiancée américaine. Avec elle, il revient dans le sud-est de la France, à Bollène, l’endroit où il a grandi. C’est un personnage qui reflète un Marocain intellectuel qui parle plusieurs langues. Ce film a été tourné à Paris et Dubaï. Outre ce film, je participe dans le film «Taxi Blanc» de Mouncef Malsi. Je joue le rôle d’un policier sérieux ayant un caractère un peu rigide qui va tomber amoureux d’une jeune fille.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *