Ayoub Qanir : «Go big or go home !»

Ayoub Qanir :  «Go big or go home !»

«Artificio Conceal», un court métrage qui annonce la couleur

Ce bijou cinématographique rassemble une palette de stars de cinéma à l’image de David Bailie (Pirates Des Caraïbes), Simon Armstrong (Game of Thrones),  Duran Fulton Brown (Jason Bourne 5), sans oublier Andrew Whipp de la série Outlander.

Quoi de plus merveilleux que de voir le monde en grand alors qu’on est encore jeune! A l’aube de ses 32 ans, Ayoub Qanir, natif de Casablanca, a déjà franchi les portes de la renommée hollywoodienne! Il faut dire que la présentation du court-métrage de son film «Artificio Conceal» au festival de Cannes dernier, n’est pas restée sans échos ! Tout de suite après, s’en est suivie la signature avec «l’une des plus grandes agences hollywoodiennes», comme l’a décrite son agence de communication,  pour adapter la version de 17 min de réalisation, en long métrage.

Le mardi dernier, le jeune cinéaste américo-marocain a finalement sorti son triller dont la psychologie est la véritable intrigue. L’histoire de Marcus Green, ingénieur d’une multinationale qui se réveille dans une salle d’interrogatoire d’Interpol et se rend compte que sa mémoire a été «hackée», ses souvenirs remplacés et son identité volée. Il cherche alors à découvrir qui est entré dans son cerveau et dans son système nerveux. Un film qui a du fond et de la consistance, avec une histoire originale sur le pouvoir de la mémoire et la maniabilité du psychique. Et quoi de plus complexe que d’essayer d’explorer le cerveau humain ?!

Avec ce premier long métrage, «Artificio Conceal», Ayoub fait un grand pas dans la cour des grands du cinéma! Basé sur un roman graphique du même nom, ce bijou cinématographique rassemble une palette de stars de cinéma à l’image de David Bailie (Pirates Des Caraïbes), Simon Armstrong (Game of Thrones),  Duran Fulton Brown (Jason Bourne 5), sans oublier Andrew Whipp de la série Outlander.

Après une sélection au festival de Cannes qui a fait beaucoup parler de lui, le jeune prodige du 7ème art ne perd rien de sa modestie quand il s’agit de son audience, et considère, humblement que l’influence de son public, et le fait de leur rester accessible, lui permettrait de faire des films plus grands, et de relever d’autres défis.

Maryem Laftouty
Journaliste stagiaire

 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *