Casablanca : Le festival du film arabe désormais sur la carte des événements marocains

Casablanca : Le festival du film arabe désormais sur la carte des événements marocains

La 1ère édition se tient jusqu’au 15 décembre à Casablanca

L’événement est jalonné d’un panorama de films arabes et marocains ainsi que d’ateliers de formation. De plus, une table ronde est programmée pour débattre de la réalité du cinéma arabe.

Le festival du film arabe, qui se poursuit jusqu’au 15 décembre à Casablanca, est la première manifestation du genre dédiée à cette catégorie de longs-métrages.

La programmation de cet événement répond, selon la directrice du festival, Fatema Nouali Azar, à la question de «l’inexistence d’une manifestation dédiée au film arabe sur la carte des festivals cinématographiques marocains». La même question se pose, selon ses dires, à propos de la métropole qui «abrite le tournage de la majorité des productions nationales et internationales sans disposer d’un grand festival cinématographique».

Une telle interrogation a, comme elle le précise, incité l’association «Imtidad» pour la culture et le développement à penser à la création de cette «grande manifestation à la hauteur de la ville tout en optant pour la thématique du film arabe».

Déjà, l’idée de l’organisation du Festival du film arabe remonte à environ deux ans. «Cependant, elle a fait face à quelques entraves jusqu’à ce que le conseil de la ville de Casablanca y soit enthousiaste pour en devenir le premier partenaire», détaille Mme Nouali Azar.

Quant au programme, il comprend une compétition officielle mettant en concurrence les productions arabes les plus importantes des années 2017 et 2018. C’est un jury composé de grands réalisateurs de films arabes qui départagera les films participant à cette compétition. En détail, le jury rassemble le réalisateur algérien Ahmed Rachdi, l’actrice et la metteuse en scène Latifa Aherrare, le scénariste égyptien Tamer Habib, l’actrice libanaise, Carmen Labas, et le critique de cinéma bahreïni Hassan Haddad.    

Aussi, l’événement est jalonné d’un panorama de films arabes et marocains ainsi que d’ateliers de formation. De plus, une table ronde est programmée pour débattre de la réalité du cinéma arabe et des perspectives de coopération entre ses différentes composantes à l’aune des conditions des pays arabes et des changements qui marquent l’acte de créativité de ces pays ainsi que la difficulté de l’accès du destinataire à cet acte.

Et ce n’est pas tout ! «Le festival veille à associer les jeunes compétences à l’affût de l’univers cinématographique en créant des opportunités de rencontre entre ceux-ci et les professionnels pour leur permettre de développer leurs capacités et connaissances dans ce domaine», ajoute la directrice du festival, organisé avec le soutien des ministères de la culture et de la communication ainsi que de la jeunesse et des sports. Longue vie au festival !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *