Essam Doukhou réalise son «Anti-rêve»: Il est lauréat du prix Cinécoles

Essam Doukhou réalise son  «Anti-rêve»: Il est lauréat du prix Cinécoles

Le jeune réalisateur marocain et lauréat du prix Cinécoles, décerné par le festival international du film de Marrakech, Essam Doukhou, vient de terminer le tournage d’un nouveau court-métrage intitulé «Anti-rêve».

«Le film raconte l’histoire d’un enfant qui a un rêve. Tout ce dont il rêve est l’anti-rêve puisque la société l’empêche de réaliser son rêve», indique à ALM Essam Doukhou à propos de l’idée de son film en soufflant des bribes autour de l’intrigue de celui-ci. «Le rêve de l’enfant est d’offrir des lunettes à sa mère pour que celle-ci ne laisse pas de gravions dans les lentilles que l’enfant veut manger sainement», enchaîne le jeune réalisateur sans abonder en détails à propos de son film, dont les faits se déroulent en une journée, afin de ne pas en gâcher le charme.
Pour réaliser son court-métrage d’une durée de 20 minutes, il avait gracieusement bénéficié d’une dotation de 300.000,00 DH octroyé par la fondation du festival de Marrakech, présidée par SAR le Prince Moulay Rachid, suite à sa participation, en 2014, à la compétition Cinécoles par son court-métrage «Dalto». Interrogé sur la valeur de ce montant par rapport à sa nouvelle œuvre, elle est, à ses yeux, «suffisante». «Quand bien même, nous essayons de faire un film qui mérite ce budget», tempère Essam Doukhou à propos de son film tourné dans la ville de Fès.
Quant au casting du film de ce jeune réalisateur de 28 ans et slaoui d’origine, il est composé d’un enfant, âgé de 12 ans, de l’actrice Salima Benmoumen et de l’acteur Hachem Bastaoui. «Pour participer à mon film, j’ai pu convaincre ces artistes par le scénario tout simplement !», avance Essam Doukhou dont le film sera produit, au Maroc, par la société New Generation Pictures de Mohamed Kaghat.
Pour information, le court-métrage «Anti-rêve», dont le metteur en scène a plein d’idées de scénarios qu’il préfère ne pas dévoiler pour le moment, sera projeté lors de la prochaine édition du Festival de Marrakech.
Pour rappel, Essam Doukhou, ayant obtenu une licence professionnelle à Ouarzazate, est également lauréat de l’école d’audiovisuel et de graphisme de Rabat. Bon vent !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *