Festival du cinéma africain de Khouribga : Un film égyptien primé lors de la 20e édition

Festival du cinéma africain de Khouribga : Un film égyptien primé lors de la 20e édition

La culture africaine écrit son histoire par le cinéma et la littérature

«Un jour pour les femmes», est un appel à l’émancipation des femmes et pointe du doigt une situation qui a terni l’image de l’Égypte, à savoir le harcèlement sexuel, en dévoilant la frustration sexuelle d’une jeunesse en perte de repères.

Une diversité et une richesse qui reflètent la réalité de l’Afrique. C’est ce que le public a eu la chance de découvrir lors de la 20ème édition du Festival du cinéma africain de Khouribga (FCAK). Pendant 8 jours, 14 films étaient en compétition. Le Grand prix Ousmane Sembene de cette édition a été remporté par «Un jour pour les femmes», un film égyptien réalisé par Kamla Abu Zekri. Ce film décrit les violences subies par les femmes dans la société égyptienne. Le long métrage raconte en effet l’histoire de trois femmes, Laila, Chamiya et Azza avec leurs états d’âme et leurs sensibilités. Le film est un appel à l’émancipation des femmes et pointe du doigt une situation qui a terni l’image de l’Égypte, à savoir le harcèlement sexuel, en dévoilant la frustration sexuelle d’une jeunesse en perte de repères.

Quant au prix spécial du jury, il a été attribué au film sénégalais «Félicité» de son réalisateur Alain Gomis. De son côté, le film mozambicain «Le train de sucre et de sel» du réalisateur Licinio Azevedo a reçu le prix de la meilleure réalisation et du meilleur scénario. 

Pour sa part, le prix du 1er rôle masculin «Mohamed Bastaoui» a été remporté par Thabo Ramets pour sa prestation dans le film sud-africain «Kalushi». La comédienne Véro Tshanda Béya s’et adjugé le prix du 1er rôle féminin pour son rôle dans le film «Félicité». Le prix du second rôle masculin a été attribué à l’acteur rwandais Joel Krekezi pour son rôle dans «The black Belgian» de Jean Luc Habyarimana. Concernant le prix du 2ème rôle, il  a été décerné à la comédienne burkinabaise Naky Sy Savané pour son rôle dans «Frontières» de la réalisatrice Appoline Traoré. Le prix «Don Quichotte», décerné par la Fédération nationale des ciné-clubs au Maroc, est revenu à «Félicité». La cérémonie de clôture a été marquée par un hommage rendu à l’actrice marocaine Sanaâ Alaoui.

Scholastique Mukasonga, la sensibilité d’une écrivaine engagée

Dans une ambiance festive et haute en couleur, le public marocain a pu découvrir la richesse de la culture du pays «aux mille collines», le Rwanda. En effet, un vibrant hommage a été rendu à la culture rwandaise, vendredi 15 septembre, à la médiathèque de la ville avec la présence de l’écrivaine Scholastique Mukasonga. Une femme dont le parcours témoigne d’une volonté de préserver la mémoire de son pays à travers notamment ses écrits. Des histoires qu’elle raconte tel un devoir sacré de mémoire. «Pour qu’un peuple se réconcilie, il doit comprendre pourquoi il s’est déchiré», dit-elle. Émue aux larmes, l’écrivaine a remercié le Maroc pour cet hommage qu’elle considère comme une fierté et un honneur aussi bien pour elle que pour les femmes africaines. L’écrivaine a souligné que non seulement le Rwanda est mis à l’honneur, mais toute l’Afrique. «Ce geste de fraternité est très important pour nous en tant qu’Africains. Le fait de dire que nous sommes des frères, nous sommes amis, c’est une dimension extrêmement importante pour renforcer nos relations».

Sur son prochain livre, Scholastique Mukasonga a précisé qu’il va sortir en février. Ce dernier raconte son parcours scolaire, qu’elle doit à son père. «Par la littérature, je me dis que je n’ai pas été ingrate, j’ai répondu quelque part à ce qu’il attendait de moi. Aujourd’hui, je vis d’une façon apaisée et sereine». Sur son rapport à l’écriture, l’écrivaine rwandaise a confié qu’ «il n’y a pas de meilleure thérapie, et il n’y a pas meilleure chance pour un rescapé ou un survivant que de se confier à la feuille blanche qui ne vous pose pas de questions. Vous écrivez c’est tout». 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *