Festival du film du Cap Spartel de Tanger : Le film brésilien «B-Flat» décroche le Grand prix

Festival du film du Cap Spartel de Tanger : Le film brésilien «B-Flat»  décroche le Grand prix

La cérémonie de clôture du quatrième Festival du film Cap Spartel de Tanger a été marquée, samedi 8 avril, par l’hommage rendu au grand cinéaste et scénariste marocain Hamid Benani.

Très applaudi par l’auditoire, ce pionnier du cinéma marocain a tenu à saluer les organisateurs pour la tenue de cet événement cinématographique. Hamid Benani a dit être ravi de l’accueil et des témoignages exprimés en son honneur à cette occasion. Et comme le veut la tradition, un film documentaire a été projeté, lors de cette soirée, mettant en avant les œuvres de ce grand cinéaste marocain marquant son long parcours professionnel. Il s’agit notamment de son premier long-métrage «Wachma», réalisé en 1970 et qui a permis à son réalisateur dès ses débuts de se positionner sur le devant de la scène cinématographique au Maroc. Hamid Benani a continué à impressionner le public par ses autres films tels que «La prière de l’absent», «Assarab», «L’automne des rêves», «L’invitée», «Le petit bonheur», «La lumière est dans mon cœur» et «L’enfant Cheikh».

Concernant le palmarès de la quatrième édition, le jury de la sélection officielle des courts métrages, composé du critique de cinéma Parwiz Jahed (Iran), l’artiste visuelle Marina Moreno (Italie) et de la réalisatrice Rachida Chbani (Maroc), a accordé le Grand prix au film brésilien «B-Flat» (Maison) de sa  réalisatrice  Mariana Youssef. Le prix du jury a été  remis au cinéaste iranien Amir Gholami pour «Building n°13». 

Concernant la deuxième catégorie de compétition de films dits «panoramiques», le jury,  présidé par les trois critiques du cinéma Mohamed Amine Kerkhy (Irak), Javier Palnswila (Espagne) et Habib Naciri (Maroc), a remis le prix de la presse et de la critique au film français « Soury » (syrien) de Christophe Switzer et la mention spéciale pour «A place» de son réalisateur espagnol, Ivan Fernandez De Cordoba. Quant à la troisième catégorie de compétition (consacrée à la jeunesse de la région), le jury, présidé par la cinéaste espagnole Maria a attribué le prix Larbi Yaakoubi au film «L’infini » de Mohamed Réda Kouzi. Les deux prix de la réalisation et du scénario ont été remis respectivement à «La sieste» de Yassine Rayhani et «La danse de mort» de Atika El Akil.

Outre la projection des films en et hors compétition, le programme de cette quatrième édition a comporté une rencontre autour de la filmographie du célèbre réalisateur iranien Abbas Kiarostami, décédé l’an dernier en France, ainsi que des ateliers et des conférences-débats sur les frontières dans le cinéma.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *