Festival du film transsaharien de Zagora: les minorités font leur cinéma

Festival du film transsaharien de Zagora: les minorités font leur cinéma

Des hommages, un concours de scénario, mais aussi une compétition officielle pour désigner le meilleur long-métrage marqueront pour la première fois la 10ème édition du Festival international du film transsaharien de Zagora. Prévue du 19 au 24 novembre, cette manifestation cinématographique sera placée sous le thème «Cinéma et minorité». «Chaque édition, le festival évoque des thématiques chaudes.

L’année dernière par exemple, la thématique traitait de «l’immigration subsaharienne». Cette 10ème édition est une occasion pour  les cinéphiles de découvrir des films portant sur le cinéma des minorités linguistiques, culturelles et ethniques», a indiqué Ahmed Chahid, directeur du festival. Une programmation très pointue est prévue cette année, avec notamment le concours de scénario organisé sous le thème du Désert, et tous les sujets y afférents : eau, nomadisme, oasis, changements climatiques … «Jusqu’à présent, nous avons reçu 45 projets de scénario et en avons retenu 10 qui seront évalués dans les jours à venir.

Au final, 3 scénario seront retenus», ajoute M. Chahid. La compétition officielle représente, quant à elle, l’un des temps fort de cette édition, avec la projection de dix longs-métrages représentant plusieurs pays, dont la sélection sera assurée par un jury présidé par l’écrivain Tahar Benjelloun.

Deux hommages aux figures du cinéma marocain et égyptien marqueront également cette édition. Le premier sera dédié à la comédienne marocaine Fatima Khaïr et le deuxième sera consacré à l’acteur égyptien Abelaziz Makhyoun.

Ceci étant, le Festival international du film transsaharien de Zagora souffre toujours du manque de moyens financiers. Selon son directeur, son budget ne dépasse pas 100 mille dirhams. «Le centre cinématographique marocain nous a consacré cette somme pour le festival, mais elle est insuffisante.

C’est en grande partie grâce aux partenaires de la région que nous avons pu organiser cet événement». Toutefois, faisant face à ses problèmes de financement, le Festival international du Film transsaharien de Zagora a pu réaliser ses objectifs .

D’une part, au niveau de la formation des jeunes de la région, avec près de 150 jeunes qui  bénéficient, lors de chaque édition, des ateliers assurés par des professionnels marocains, français, américains et arabes. D’autre part, «le festival a pris sa place sur la scène cinématographique marocaine et nous permet ainsi d’atteindre un deuxième objectif, l’animation et la promotion touristique», conclut son directeur.
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *