Festival international du film panafricain : Un film marocain en lice

Festival international du film panafricain :  Un film marocain en lice

«Le Grand Petit Miloudi, une échappée d’antan» lorgne le Dikalo Award

Un seul film marocain est sélectionné à la compétition officielle du Festival international du film panafricain (FIFP) 2018 de Cannes. Il s’agit du long métrage documentaire «Le Grand Petit Miloudi, une échappée d’antan», coécrit et coproduit par Leila El Amine Demnati et Abdelhamid Karim. La projection de ce film est programmée, ce vendredi 20 avril, au Théâtre de Cannes- Théâtre Alexandre III. En effet, «Le Grand Petit Miloudi, une échappée d’antan» est une œuvre de 75 minutes.

Il retrace la vie de coureurs cyclistes d’avant l’indépendance et raconte cette partie oubliée de l’histoire. Il rend hommage aux pionniers du sport et contribue à la préservation de leur mémoire, une étape importante dans l’histoire contemporaine du Maroc. Une reconnaissance à la contribution de cette génération de sportifs. Il faut dire que c’est la première fois qu’un documentaire donne la parole à ces champions oubliés marocains ou étrangers natifs du Maroc. Authentifier et documenter l’histoire du cyclisme au Maroc sous le protectorat est l’objectif majeur du film. «Dans ce film, le «Petit Miloudi» est le meneur (le personnage principal), mais à chaque fois nous assisterons à une échappée (apparition) d’un protagoniste à la manière d’un tandem d’échappée, où chacun son tour de mener l’histoire que nous vous racontons», explique-t-on dans une note d’information.

Ceci étant, «Petit Miloudi» nous raconte avec humour et nostalgie son enfance, les grands moments de sa carrière et sa vie … jamais loin d’un vélo. Composé de saisissantes images d’archives sur le cyclisme des années 50 et la période de protectorat,  «ce film est un témoignage d’une vie spéciale menée par tous ces coureurs cyclistes quel que soit leur origine ou leur rang, et montre que le vélo est un passeport sociétal qui vous apprend : l’endurance, la confiance en soi, le partage, la responsabilité, l’esprit d’équipe, le respect de l’autre, le défi,…, un art de vivre fait de convivialité, de plaisir, de rencontres, et de découvertes des autres, des cultures et des nations».

Pour rappel, le Festival international du film panafricain a été créé en 2003. Il présente plus d’une soixantaine de films de réalisateurs de plus de 30 pays différents. Le festival met en place plusieurs films à visionner durant son déroulement, et les meilleurs longs métrages, documentaires et courts métrages seront récompensés d’un «Dikalo Award» qui veut dire «message» en langue Douala.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *