FICM de Tétouan 2016: Le film kosovar «Trois fenêtres et une pendaison» remporte le Grand prix

FICM de Tétouan 2016: Le film kosovar «Trois fenêtres et une pendaison» remporte le Grand prix

Créé, cette année, en hommage au critique de cinéma, feu Mustapha Mesnaoui, le prix de la critique a été remis au film franco-italien «L’Attesa» (l’attente) de Piero Messina.

La cérémonie de clôture du 22ème Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan (FICM) a débuté, samedi 2 avril, ses travaux par l’hommage rendu à l’artiste marocaine Amal Ayouch. Cet hommage vient la récompenser pour l’ensemble de ses rôles, depuis ses débuts au cinéma avec les cinéastes Hassan Benjelloun, Nabil Ayouch et Nabil Lahlou.

Intervenant à cette occasion, Amal Ayouch s’est dit très heureuse d’être honorée à Tétouan, où elle avait fait ses premiers pas au cinéma. «Cette distinction constitue pour moi un retour à la source. Car mon premier rôle au cinéma a été dans «Les amis d’hier» de Hassan Benjelloun dont le tournage s’est déroulé dans cette ville», a souligné Amal Ayouch.

Les travaux de cette cérémonie de clôture ont également été marqués par l’hommage rendu à l’acteur égyptien Ahmed Rizk, qui s’est distingué par plusieurs rôles, dont ceux dans les films «Alzheimer» d’Amr Arafa, la série télévisée «Sarah» de Shirine Adel et «Soukar Hanem» d’Achraf Zaki. Présidé par le cinéaste et producteur espagnol Luis Miñarro, les six membres du jury du long-métrage ont remis le Grand prix au film kosovar «Trois fenêtres et une pendaison» d’Isa Qosja.

L’histoire de ce film de 80 mn, produit en 2014, se déroule dans un village du Kosovo, juste un an après la fin de la guerre. Alors que tous les habitants s’efforcent de construire leur vie, Lushe décide de donner une interview à un célèbre journal international. Cette jeune enseignante y affirme que trois femmes de son village et elle-même ont été violées par les forces armées serbes. La parution de cette interview éveille ainsi chez les hommes des soupçons à l’égard de leurs épouses.

Alors que le film marocain «Des… Espoirs» de Mohamed Ismail s’est vu attribuer le prix du public, celui de la meilleure interprétation féminine est revenu à l’artiste égyptienne Menna Shalabi grâce à son rôle dans «Nouara» de Hala Khalil. Tandis que le prix du premier rôle masculin a été attribué à l’acteur croate Goran Marcovic pour sa participation dans «Soleil de plomb» de Dalibar Matanic. Celui de la première œuvre a été remis au cinéaste turc pour son long-métrage «Dolanma». Le prix spécial du jury a été du lot du film grec «Riverbanks» de Panos Karkanevas. Créé, cette année, en hommage au critique de cinéma, feu Mustapha Mesnaoui, le prix de la critique a été remis au film franco-italien «L’Attesa» (l’attente) de Piero Messina.

Concernant les autres catégories de compétition, le jury du court-métrage, présidé par le critique et journaliste égyptien Amir Emary, a attribué le Grand prix de la ville au film français «Les ennemis intérieurs» (28 mn) de Salim Azzazi. Celui du documentaire, présidé par la cinéaste belge Karine De Villers, a remis le Grand prix à «Home» (Maison) de son réalisateur syrien Raefat Alzakout.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *