FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal

FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal

Cette soirée a été marquée par l’hommage rendu à l’acteur marocain Mohamed Choubi

Un autre hommage sera rendu à l’actrice égyptienne Nelly Karim et le cinéaste espagnol Luis Miñarro pour leur rôle dans le développement du cinéma méditerranéen.

Le rideau s’est levé, samedi 23 mars, sur le 25ème Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan (FCMT), avec la participation d’une pléiade de professionnels, dont des cinéastes, comédiens et scénaristes. Ayant pu s’imposer depuis sa création, en 1985, comme l’un des plus importants événements cinématographiques au Maroc, «le FCMT se distingue par sa particularité liée à la Méditerranée», a indiqué le ministre de la culture et de la communication, Mohamed Laaraj.

L’intervenant a souligné l’importance du FCMT à travers sa contribution au développement du cinéma marocain, qui a connu la mise en œuvre de la nouvelle loi relative à l’organisation de l’industrie cinématographique. M. Laaraj a fait part que cet événement a confirmé son engagement en faveur de la cause palestinienne par le choix du cinéma palestinien, symbole de la résistance, comme invité d’honneur de cette édition.

Concernant la projection des films, celle-ci a débuté par la présentation du long-métrage «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef (hors compétition), programmé lors de l’ouverture officielle de ce 25ème festival. Ayant remporté, il y a une quinzaine années, le Grand prix au FCMT, ce film de 110 minutes (sorti en salles en 1998) traite du phénomène de la désertification du monde rural des années 70 en Egypte. L’histoire se déroule dans un village du Sud, qui a vu émigrer beaucoup de ses hommes laissant leurs femmes seules. Ahmed a, quant à lui, préféré y rester pour réaliser son rêve d’escalader le palmier le plus haut de sa bourgade en vue de récolter les dattes blanches dont l’arak rendra, à tous, l’extase et le bonheur. En voyant son village se vider de ses hommes, ce jeune paysan courageux a pu découvrir le monde des femmes. Il s’est retrouvé amoureux de la jeune et belle Salma.

Cette cérémonie d’ouverture a également été marquée par l’hommage rendu à l’artiste Mohamed Choubi. Quelques extraits des films, ayant vu le développement de la carrière de cet acteur marocain, ont été projetés lors de cette soirée. Ayant fait ses débuts au théâtre amateur à Marrakech, l’artiste marocain a décidé ensuite de découvrir le monde du cinéma à travers son interprétation de différents personnages dans plusieurs films marocains et internationaux.

Il est à noter que ce 25ème festival prévoit un autre hommage à l’actrice égyptienne Nelly Karim et le cinéaste espagnol Luis Miñarro pour leur rôle dans le développement du cinéma méditerranéen. Présidé par l’artiste Roberto Giacomo Pischiutta, le jury du long métrage de cette édition devra choisir entre douze films. Le programme de ce festival comporte deux autres compétitions du documentaire et de la critique (portant le nom du défunt critique marocain Mustafa Messnaoui). Le public est invité à voir d’autres films programmés dans le cadre de la célébration du cinéma palestinien comme invité d’honneur de ce festival. Au grand bonheur des cinéphiles, particulièrement les amoureux du film national, quelque sept films marocains, déjà récompensés au cours des précédentes éditions, seront projetés dans le cadre des travaux de cette 25ème édition.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *