janvier 22, 2017

«Fidaa» de Driss Chouika dans les salles à partir du 11 janvier

«Fidaa» de Driss Chouika dans les salles à partir du 11 janvier

Il traite de la période de la résistance à l’occupation dans les années 1952-1955

«Fidaa» raconte l’histoire d’Abderrahmane, un jeune mécanicien qui rejoint l’organisation secrète de la résistance armée au Maroc, mise sur pied et menée de main de fer par Mohamed Zerktouni.

C’est officiel ! «Fidaa» (Résistance), le dernier long métrage de Driss Chouika, sera projeté dans les salles dès le 11 janvier. Très attendu, ce film tourné en 2013 traite de la période de la résistance au Maroc. Il s’agit d’un thème historique, très peu traité dans notre cinématographie : la résistance à l’occupation dans les années cruciales 1952-1955. «J’ai toujours eu à l’esprit de faire ce genre de film.

J’étais orienté vers une histoire fictive alimentée par un fond constitué de faits historiques», explique le réalisateur. Ecrit par le scénariste et journaliste Aziz Satori, les rôles principaux de ce film sont interprétés par des jeunes et solides comédiens, à savoir Abdelilah Rachid, Rabiaa Rafie, Hakim Rachid, Ahmed Amrani, Saleh Bensaleh, Aksel Ustun… ainsi que des comédiens vétérans chevronnés, comme Mohamed Khouyi, Khadija Adly, Fadila Benmoussa et Driss Karimi. D’une heure 49 minutes, «Fidaa» raconte l’histoire d’Abderrahmane, un jeune mécanicien qui rejoint l’organisation secrète de la résistance armée au Maroc, mise sur pied et menée de main de fer par Mohamed Zerktouni.

Mais, en cours de route, il va se retrouver face à un choix difficile lorsqu’il découvre que son propre beau-père est à la tête d’un réseau de collaborateurs, responsable de l’emprisonnement, voire de la mort de beaucoup de résistants… le nouveau film «Fidaa» est l’un de ceux qui ont bénéficié de l’avance sur recette du Centre cinématographique marocain au titre de l’année 2012.

«Le film a obtenu un fonds d’aide de quatre millions de dirhams alors que son budget total se situe aux alentours de six millions de dirhams. Le film nécessite beaucoup de dépenses, notamment en termes de costumes et d’accessoires d’époque», avoue-t-il. Il faut noter que ce film a été sélectionné dans la compétition officielle de la 17e édition du Festival national du film (FNF) de Tanger, ainsi que dans plusieurs autres festivals nationaux et internationaux. Il sera projeté dans les salles de cinéma marocaines essentiellement au Megarama de Casablanca, Tanger, Marrakech et Fès, ainsi qu’au Rialto et Lynx à Casablanca, Le Colisée à Marrakech, Avenida à Tétouan….

Articles similaires

1 Comment

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *