Guelmim : Le cinéma au service des droits de l’Homme

Guelmim : Le cinéma au service des droits de l’Homme

C’est la 6ème édition du Festival international du film qui leur est dédiée

15 films ont participé à la compétition officielle de ce festival représentant plusieurs pays, dont la Tunisie, l’Égypte, l’Irak et le Maroc.

La ville de Guelmim, porte du désert, a vécu dernièrement au rythme de la 6ème édition du Festival international du film des droits de l’Homme, qui a réuni une pléiade de cinéastes et comédiens.

Organisé par le Centre Sud pour le 7ème art, du 20 au 22 mai, avec le soutien du Centre cinématographique marocain (CCM) et de l’Instance nationale des droits de l’Homme, ce festival vise notamment à promouvoir la culture de l’audiovisuel, de la photo et de tout ce qui a un lien avec le film en tant qu’outil d’éducation et de dialogue.

Un total de 15 films ont participé à la compétition officielle de ce festival représentant plusieurs pays, dont la Tunisie, l’Égypte, l’Irak et le Maroc. Elle a également été marquée par la projection de documentaires traitant des sujets des droits de l’Homme, du changement social, des questions de la démocratie, de la mémoire, de la citoyenneté, de la liberté d’expression, de la diversité culturelle, ainsi que des droits de la femme et de l’enfant. Ces films ont mis aussi l’accent sur le droit à la différence et sur l’importance du dialogue et de la tolérance dans les relations entre les populations et les cultures du monde. Cette manifestation a pour objectif d’ériger les films en tant qu’outil de communication et d’échange d’expériences et d’expertises avec les professionnels intéressés par les domaines du cinéma, de l’interprétation et de la mise en scène et à encourager et à promouvoir la culture audiovisuelle et tout ce qui a trait au film en tant que moyen d’éducation et de dialogue. Tout au long de trois jours, le festival a établi des liens de communication et de coopération avec les associations ayant des objectifs similaires, et ce pour promouvoir les capacités techniques et numériques au service de l’industrie cinématographique à travers la tenue d’ateliers de formation au profit des jeunes de la région.

Outre des projections de films, étaient au programme des rencontres-débats, des ateliers techniques et une compétition pour distinguer les meilleures productions filmiques dans les différentes catégories.

Cet événement culturel a valorisé pendant trois jours les films portant sur la thématique des droits de l’Homme, et ce en encourageant les jeunes cinéastes de la région pour se lancer dans ce genre de production artistique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *