Houda Benyamina : «Divines», récompensé à Cannes, est un film plus humaniste

Houda Benyamina : «Divines», récompensé à Cannes, est un film plus humaniste

Entretien avec Houda Benyamina, réalisatrice et scénariste franco-marocaine

La réalisatrice franco-marocaine Houda Benyamina a remporté la «Caméra d’or» pour son premier long métrage «Divines» lors de la 69ème édition du Festival de Cannes. Elle livre à ALM ses impressions, sa passion pour le cinéma, ses débuts et ses projets.

ALM : Vous avez remporté le prix «Caméra d’or» pour votre film «Divines» au Festival de Cannes, que représente pour vous cette récompense ?

Houda Benyamina : C’est un honneur pour moi et je suis très fière de remporter ce prix pour mon premier long métrage. C’est une récompense pour toute l’équipe de ce film. Cette distinction nous permet de redoubler d’effort pour faire le cinéma que nous aimons et défendons.

Parlez-nous de ce film en quelques lignes…

«Divines» est un film qui raconte le combat d’une femme pour sortir de la précarité. Il relate l’histoire de Dounia qui a soif de pouvoir et de réussite. Soutenue par Maimouna, sa meilleure amie, elle décide de suivre les traces de Rebecca, une dealeuse respectée. Sa rencontre avec Djigui, un jeune danseur troublant de sensualité, va bouleverser son quotidien. En effet, le film est tourné dans la région parisienne et la Thaïlande. La sortie mondiale de ce film est prévue en fin septembre.

Pourquoi le choix de titre « Divines»?

Je peux dire que «Divines» est un film plus humaniste. C’est une histoire d’un combat spirituel. C’est pour cela que j’ai choisi le titre «Divines» qui veut dire la divinité.  Elle est liée à la féminité, à la recherche du Dieu et de se rapprocher de lui. Je souhaite à travers ce film que chacun interroge la nature et le sens de sa quête personnelle.

De qui ou de quoi vous êtes-vous inspirée pour ce film ?

À l’origine du film, il y a eu les émeutes des jeunes en 2005, que j’ai vécues de l’intérieur. Je me suis inspirée de cette situation de colère. Je me suis ensuite demandé pourquoi ce cri n’avait pas abouti à une véritable révolte. Je peux dire que «Divines» est né de cet constat, c’est un état des lieux.

Le film est marqué par la participation de Majdouline Idrissi, pourquoi avez- vous choisi cette actrice marocaine ?

Effectivement, Majdouline Idrissi joue le rôle de la mère de Dounia. Pourquoi j’ai choisi cette actrice ? Tout simplement, parce qu’elle est talentueuse. Elle est parmi les meilleures actrices marocaines. C’est une personne crédible et très sincère. Elle est aussi travailleuse et généreuse. Elle milite pour son travail. Elle ne considère pas ce qu’elle va gagner.

Vous êtes réalisatrice, scénariste et actrice, d’où vient cette passion pour le cinéma ?

A la base, je n’étais pas très brillante à l’école. J’avais la chance de faire une formation au théâtre et le jeu d’acteur. Le cinéma m’a ouvert les yeux, et m’a permis d’exploiter ma colère.

Des projets futurs ?

Je prépare un film sur la liberté. Il parle d’une grande histoire d’amour.

Bio express
Houda Benyamina ou «Uda Benyamina» est une réalisatrice et scénariste francaise de parents marocains, née en 1980 à Viry-Châtillon. Elle est diplômée de l ‘École régionale d’acteurs de Cannes. Elle a suivi des formations de l’Académie de Minsk, de l’Ontological Theater et de l’Actors’ Studio.

Elle a réalisé 9 courts métrages en vidéo, primés dans de nombreux festivals, et diffusés sur Canal+, France 2, Direct 8, TV5 Monde. Elle a également réalisé une «publicité citoyenne» afin d’inciter la population à voter.

Lauréate du Prix «Emergence 2», Houda Benyamina a réalisé le court-métrage «Sur la route du paradis», produit par Marc-Benoit Créancier. Ce court métrage a intégré la sélection officielle des Césars 2013, dans la section court métrage. Artiste engagée, elle a cofondé l’association 1000 Visages pour démocratiser le cinéma.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *