«Je» est un autre

«Je» est un autre

Il s’agit là d’une adaptation du livre de José Saramago, «The Double», traduit en français sous le titre, «L’Autre comme moi».  Un roman fort sur une histoire de double, deux personnes qui sont identiques, dont les vies  épousent des sinuosités particulières, mais qui finissent par se rencontrer. Ici, pour le film signé par le Canadien Denis Villeneuve, nous sommes face à Adam, un professeur très discret, un peu écrasé par le poids des jours, qui mène une vie sans fracas avec sa fiancée Mary.

Tout se passe dans ce train-train  jusqu’au jour où il découvre son sosie parfait. Il s’agit d’Anthony, un acteur  déjanté, un peu fou, accro à sa moto et qui se la coule douce.  C’est là que toute la vie d’Adam bascule. Un profond malaise vient prendre place dans sa misérable existence. Il décide d’en savoir plus sur Anthony. Il va l’observer, lui et sa femme enceinte, il essaiera d’entrer en contact avec lui. C’est là que tout part en vrille, dans un drame humain terrible. Bref, le propos ici n’est pas  l’histoire en elle-même. Mais le rapport de l’un à son double. Adam, (on peut y lire une référence au premier homme, au père de l’humanité) et Anthony, c’est une seule et même personne.

Denis Villeneuve pose la question du dédoublement de soi, le fait d’être l’un et l’autre à la fois, se projeter dans d’autres vies imaginaires, pour s’accomplir. Non, il ne s’agit pas de schizophrénie basique et de constatations cliniques sur un malaise humain. Mais de réfléchir sur l’homme dans son approche de sa propre existence, son rapport à lui-même, ses rêves et ses limites.  Combien d’entre nous n’ont-ils pas voulu être quelqu’un d’autre? Combien d’entre nous ne rêvent-ils pas de se sublimer, de vivre plusieurs vies? Mais l’impossibilité d’être soi-même et une foultitude d’autres soi, fait que l’homme nourrit l’imaginaire, devient artiste, se transcende dans sa vie de tous les jours ou alors il sombre dans la folie. Mais la frontière entre les deux est si fragile, si ténue, qu’on peut basculer d’un côté comme de l’autre, sans accrocs.  

Réalisé par Denis Villeneuve. Avec Jake Gyllenhaal, Mélanie Laurent et Sarah Gadon

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *