Le FIFM dévoile sa sélection officielle de films : «À couteaux tirés» de Rian Johnson ouvre le bal

Le FIFM dévoile sa sélection officielle de films : «À couteaux tirés» de Rian Johnson ouvre le bal

Invité d’honneur de cette 18ème édition, le cinéma australien sera présent en force à Marrakech cette année, et ce à travers la programmation de pas moins de 25 films entre films d’auteurs, grands classiques et succès populaires dans différents espaces de la ville.

Le 18ème Festival international du film de Marrakech (FIFM), qui se tiendra du 29 novembre au 7 décembre, révèle sa sélection officielle. Ce sont 98 films, provenant de 34 pays, répartis en plusieurs sections, qui seront projetés lors de cette grand-messe cinématographique. En détail, la compétition officielle reste, selon les initiateurs, fidèle au positionnement du festival. Il s’agit de montrer des premiers ou seconds longs métrages afin de révéler et de promouvoir les nouveaux talents du cinéma mondial. «Les 14 films en lice pour décrocher l’Étoile d’Or de Marrakech témoignent tous d’un sens étonnant du style et de la profondeur de la pensée. Certains osent même explorer de nouveaux territoires et établir des approches personnelles et très originales de la création cinématographique», exaltent les organisateurs. C’est également une sélection éclectique, qui met à l’honneur plusieurs univers cinématographiques originaires de différentes régions dans le monde avec 3 films européens (Royaume-Uni, Italie, Serbie), 2 films d’Amérique latine (Brésil, Colombie), un film américain, un film australien, 3 films asiatiques (Chine, Inde, Corée du Sud), et 4 films issus de la région MEA (Maroc, Tunisie, Arabie Saoudite, Sénégal). Sur les 14 films en compétition, cinq sont réalisés par des femmes. En ouverture, les festivaliers ont rendez-vous avec un grand thriller américain : «À couteaux tirés». Réalisé par Rian Johnson, il représente une approche moderne et comique du genre du «murder mystery».

Quant aux séances de gala, elles présenteront des avant-premières de cinéastes respectés à l’image de «Marriage Story» de Noah Baumbach (États-Unis), «The Irishman» de Martin Scorsese (États-Unis), et «It Must Be Heaven» d’Elia Suleiman (Palestine). Trois très beaux débuts en réalisation complètent les projections de gala de cette édition, à savoir «Noura rêve» de Hinde Boujemaa (Tunisie, Belgique, France) avec Hend Sabri dans le rôle principal, «Adam» de Maryam Touzani (Maroc) avec Lubna Azabal et Nisrin Erradi. Enfin, la clôture du festival sera marquée par la projection de «Ras El Sana» de Sakr (Égypte) avec un casting impressionnant de stars égyptiennes de la jeune génération.

Invité d’honneur de cette 18ème édition, le cinéma australien sera présent en force à Marrakech cette année, et ce à travers la programmation de pas moins de 25 films entre films d’auteurs, grands classiques et succès populaires dans différents espaces de la ville. De plus, la section «Le 11e Continent» créée en 2018 continue d’explorer de nouveaux territoires de la création cinématographique. 11 films, parmi lesquels des fictions et des documentaires, proposeront au public des écritures singulières et innovantes de cinéastes audacieux en provenance de Belgique, du Canada, d’Algérie et du Portugal, entre autres. Le cinéma national sera, encore cette année, fortement mis en valeur. En plus du film en compétition et de celui montré en séance de gala, le «Panorama du cinéma marocain» présentera une sélection de 4 films avec pour ambition de faire découvrir différentes facettes du cinéma marocain aux professionnels et médias internationaux présents au festival. Au total, 11 films marocains seront montrés dans les différentes sections du festival. Dans l’ensemble, le FIFM regorge de surprises à découvrir lors de la durée du festival.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *