Le FIFM revient en force : L’Américain Robert de Niro vole la vedette

Le FIFM revient en force : L’Américain Robert de Niro vole la vedette

Le 17ème Festival international du film de Marrakech, qui s’est ouvert vendredi dernier sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, est de retour en force.

Cette manifestation, marquée également samedi soir par le dîner royal présidé par Leurs Altesses Royales le Prince Moulay Rachid, président de la Fondation du FIFM, les Princesses Lalla Meryem et Lalla Oum Kalthoum, tient cette vigueur de sa programmation regorgeant de nouveautés et des stars invitées. Après une affluence massive d’artistes de par le monde sur le tapis rouge vendredi, c’était au tour d’autres de s’y afficher le lendemain. A lui seul, le célébrissime artiste américain Robert de Niro a volé la vedette, samedi soir, avant de se livrer au photocall sur le red carpet.

Dès son apparition sur l’écran déroulant le tapis rouge dans la salle des ministres au Palais des congrès, l’acteur a eu droit à une salve d’applaudissements par les invités au festival. Il s’en est vu offrir également à son entrée à la même salle pour recevoir son trophée d’hommage des mains de son grand ami, le réalisateur italo-américains, Martin Scorsese, habitué du festival, qui a, à son tour, été fort applaudi à son arrivée aux mêmes endroits. Pour prendre la parole, l’acteur mis à l’honneur prononce le salut en arabe. Après quoi il adresse de vifs remerciements en arabe à SM le Roi, à SAR le Prince Moulay Rachid, au peuple marocain, à la Fondation du FIFM et à Martin Scorsese. «Je suis content d’être avec vous», s’exprime Robert de Niro. L’artiste ne manque pas de rappeler ses nombreuses collaborations avec son ami et caresse l’espoir d’avoir d’autres projets avec lui. L’acteur félicite également le réalisateur marocain, Jilali Ferhati, qui sera également mis à l’honneur tout comme d’autres. «Le festival a été initié en 2001 après les attentats du 11 septembre. Depuis le début, Sa Majesté est au service de l’interculturalité», enchaîne l’artiste américain. L’acteur, qui se félicite également de l’importance du festival, saisit son passage pour établir des comparaisons avec son pays où le nationalisme a pris une forme différente sous l’appellation «America first».

«Si les politiciens échouent, les cinéastes sont différents», conclut l’artiste qui affichait la joie de recevoir l’hommage du festival.

De son côté, Martin Scorsese s’est félicité de son retour au FIFM. «Je suis content que le festival soit de retour», indique le cinéaste. Ce come-back a également été fort exalté par le président du jury, James Gray, lors de l’ouverture du festival, ainsi que par d’autres artistes. Vivement le retour !      

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *