Men in black : Sortez vos lunettes noires !

Men in black : Sortez vos lunettes noires !

Sept ans. Après sept ans d’absence, les Men in black sont enfin de retour. Après l’excellent Men in Black 3 de Barry Sonnenfeld, les attentes étaient fortes.

Ce nouvel épisode réalisé par F. Gary Gray s’intitule : Men in black international. La première scène s’ouvre d’ailleurs sur la Tour Eiffel, symbole atemporel de Paris, de la France et de l’Exposition universelle de 1889, (évoquée via Gustave Eiffel, qui aurait été un agent MIB !) Londres, New York, Naples et Marrakech seront aussi au centre de l’intrigue.

L’humour comme marque de fabrique

Outre les voyages hypersoniques entre ces villes monde, le film est marqué par l’arrivée d’un nouveau duo. Difficile de remplacer d’immenses stars comme Tommy Lee Jones (agent K) et Will Smith (agent J) mais l’Australien Chris Hemsworth (agent H) et l’Américaine Tessa Thompson (agent M) s’en sortent à merveille. Après avoir joué ensemble dans le dernier Avenger et dans le troisième Thor, les deux acteurs apparaissent complices à l’écran. Mieux, ils arrivent à imposer un bel humour, parfois noir, qui permettra à chacun de rire, y compris dans les scènes les plus tendues. Cet humour-là est bien une marque de fabrique des Men in black.

Molly devient M

Le début du film présente l’enfance de Molly qui croise des agents des Men in black et même un extraterrestre, digne d’une peluche de Disney, qu’elle protège avec la spontanéité généreuse d’une fillette. Depuis lors, Molly veut comprendre l’univers et rejoindre les Men in black par tous les moyens. Cette obsession devient alors un moteur incroyable pour réussir ses études. Après avoir échoué à trouver les fameux agents aux costumes noirs par l’intermédiaire du FBI et de la CIA, Molly se tourne vers l’observation du ciel, en piratant le télescope Hubble, développé par la Nasa. L’entretien atypique avec l’agent O (Emma Thompson, n’ayant pas de lien de parenté avec Tessa), par sa monomanie pour la mode, pourra faire penser à une scène du Diable s’habille en Prada. Molly finit par devenir l’agent M et se retrouve en binôme improvisé avec l’agent H.

H comme habile

Cynique, séducteur, festif, roublard et parfois arrogant, cet agent H pourra séduire ou énerver, sans jamais laisser indifférent. Son chef, l’agent «grandT» (Liam Neeson) repère un potentiel en lui et l’enverra aussi bien accueillir un haut dignitaire intergalactique que combattre les extraterrestres monstrueux de « la Ruche » qui veulent détruire la Terre. Très vite, H et M comprennent que l’ennemi le plus puissant est bien une taupe qui essaie de détruire l’agence de l’intérieur.

Un pion dans une boutique de curiosités de Marrakech

Si le scénario est un peu léger, le casting est à la hauteur de la réputation des Men in black et les effets spéciaux sont très réussis. Une mention spéciale pour « pionny », le petit pion qui avec bravoure et humour protège ses reines, à son échelle.

Une fois n’est pas coutume, dans cet opus, les méchants extraterrestres valent aussi le détour. Ainsi, les jumeaux malfaisants qui soulèvent la médina de Marrakech avec de puissants pouvoirs maléfiques sont aussi capables d’affronter une foule de danseurs du samedi soir en enchaînant des figures déjantées du hip-hop, du popping au breaking. Enfin, la moto supersonique fait son petit effet en survolant les souks puis le fameux palais El Badii avant d’échouer, pour un temps, dans le désert du Sahara. La scène finale se déroulera dans et devant la Tour Eiffel, ainsi la boucle est bouclée… jusqu’aux prochaines aventures.

Par Sébastien Chabaud

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *