octobre 20, 2018

 

Mohamed Choubi : «Le réalisme ne peut pas entacher l’image de l’artiste»

Mohamed Choubi : «Le réalisme ne peut pas entacher l’image de l’artiste»

Entretien avec Mohamed Choubi, Acteur

J’ai déjà commis l’erreur de participer à une sitcom et je m’en suis excusé à plusieurs occasions. Dès lors, j’ai décidé de ne participer aux sitcoms que si le scénario est complet et non en partie comme nous le constatons actuellement. Le tout à condition de participer à l’écriture.

ALM : Vous êtes bien actif sur la Toile. Est-ce pour exprimer un credo ou être en contact permanent avec le milieu artistique ?

Mohamed Choubi : Si je suis actif dans les réseaux sociaux, c’est à titre personnel en tant que citoyen marocain qui suit l’actualité de la société et la patrie. Je le suis également parce que je crois en la nécessité de l’existence en tant qu’artiste engagé dans les sujets artistiques et humains en général.       

Mais votre image artistique est susceptible d’être entachée à cause de certains statuts sur ces réseaux sociaux. Vous n’avez pas de craintes dans ce sens?

Un artiste est tout d’abord un être humain et ne peut être qu’un simple citoyen. Il est de son devoir d’interagir avec la cause nationale, celle de son pays voire celle des gens qui partagent sa vie. Une telle démarche ne vide pas l’artiste de sa substance. Plutôt, elle contribue davantage à son ancrage dans la société. En tant qu’artistes, les sujets ayant trait aux gens et à la patrie constituent notre capital. Dans l’ensemble, le réalisme ne peut en aucun cas entacher l’image de l’artiste. Par contre, si je cause du tort à toute personne, je suis fort heureusement courageux pour lui présenter mes excuses.

Que pensez-vous de ceux qui estiment que certaines œuvres sont conçues pour répondre au désir du public ?

Je ne crois pas en cette expression depuis que je l’ai lue, dans les années soixante-dix du siècle dernier, dans les journaux et magazines égyptiens qui encourageaient la nullité. Je déteste cette expression parce qu’elle démontre l’incapacité de celui qui l’a inventée d’entacher le goût de la société et de justifier cette futilité et nullité par le désir du public.

Il est de notre devoir de promouvoir le goût du public, autrement nous ne serons plus des artistes mais des personnes qui prennent l’art pour un gagne-pain.

Il vous est parfois reproché d’accepter les rôles quel qu’en soit la nature. Que répondez-vous à cela ?

Je n’ai jamais accepté un rôle au hasard. Mon parcours artistique ne compte pas d’ailleurs un personnage d’une telle nature. J’ai déjà commis l’erreur de participer à une sitcom et je m’en suis excusé à plusieurs occasions.

Dès lors, j’ai décidé de ne participer aux sitcoms que si le scénario est complet et non en partie comme nous le constatons actuellement. Le tout à condition de participer à l’écriture.

Préférez-vous les rôles comiques ou sérieux ?

Je trouve que les rôles comiques sont également sérieux. A mon sens, le sérieux consiste en la sincérité en la performance. Il s’agit également de surpasser les personnages qu’ils soient comiques ou tragiques. Pour ma part, je suis l’un des «personnificateurs» qui accordent un intérêt au sérieux au travail dans l’ensemble.

Des  nouveautés pour les mois à venir ?

Je participe au long-métrage «Les coups du destin» du réalisateur, Mohamed El Younssi. Je prends également part à une série télévisée dont le début du tournage est attendu.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *