Aziz Hattab : «On ne retrouve pas du vrai théâtre. Il est devenu de plus en plus commercial»

Aziz Hattab : «On ne retrouve pas du vrai théâtre. Il est devenu de plus en plus commercial»

Entretien avec Aziz Hattab, comédien

Le jeune comédien talentueux Aziz Hattab fera bientôt son retour sur les écrans au cours du mois de Ramadan. Il sera à l’affiche de la nouvelle sitcom et un nouveau téléfilm de Hicham Lasri. Dans cet entretien, il parle de ses projets et de sa relation avec le théâtre. Les détails.

ALM : D’abord parlez-nous de ce que vous préparez actuellement…

Aziz Hattab : Actuellement, je suis en plein tournage pour la sitcom «Lkhawa» de Driss Roukh qui sera diffusée sur la deuxième chaîne 2M lors du mois de Ramadan. Cette nouvelle sitcom regroupe presque la même équipe de «L’Auberge». Elle réunit en effet Dounia Boutazoute, Kamal Kadimi, Leila Haddioui, Soukeina Darabil et Rachid Rafiq. Cette sitcom dont le tournage se déroule à Safi et Casablanca met en lumière le patrimoine et l’artisanat traditionnel de la ville de Safi. Je viens également de terminer le tournage d’un autre téléfilm intitulé «Nhar Khayb» de Hicham Lasri. Il sera diffusé lors du mois de Ramadan. Je joue aux côtés de Badiaa Senhaji, Saleh Ben Saleh et autres. Ce téléfilm relate l’histoire d’un homme qui cherche à se marier avec une femme riche pour avoir un nouveau poste. Je paraîtrai également en Ramadan dans un autre téléfilm de Chaouqi Laoufir. J’ai par ailleurs terminé le tournage d’un autre téléfeuilleton «Allah Isameh» de Ali Majboud. J’incarne le rôle principal aux côtés de Touria Alaoui, Rafiq Boubker, Fatima Ouchay et Kaoutar Tanouri.

Vous êtes également à l’affiche du film «Headbang» de Hicham Lasri. Comment le choix de ce rôle qui semble compliqué s’est-il fait ?

J’ai connu Hicham Lasri lorsque j’ai participé dans la sitcom «Kenza Fi Dewar». Lors de cette série, il m’a proposé de participer à ce film en incarnant le rôle de Douad. C’est un rôle délicat, compliqué. D’ailleurs, je n’ai pas ressenti cette difficulté car Hicham Lasri est un réalisateur professionnel. Il a une méthode de travail incroyable. Il sait bien comment mettre à l’aise l’acteur et le diriger.

Vous vous affichez de plus en plus dans les sitcoms ces dernières années. Peut-on dire que vous êtes mieux payé dans ce nouveau genre télévisuel ?

Ce n’est uniquement pas pour cette raison, mais je préfère être «in». Je ne préfère pas rester caché et juste critiquer. J’aime participer et prendre le risque dans n’importe quel travail soit au cinéma, soit à la télévision. J’aime ce que je fais et ce qui m’importe, c’est de donner le meilleur de moi-même à n’importe quel travail et bien connaître l’avis du public.

Selon vous, quels sont les critères pour réussir une sitcom ?

Je pense que la réussite d’une sitcom dépend essentiellement de la boîte de production. Celle-ci doit être bien expérimentée et chevronnée. Le succès d’une sitcom revient également aux acteurs qui devraient être lauréats de l’Isadac et ayant pratiqué le théâtre. Je n’oublie pas le rôle du réalisateur. Celui-ci doit savoir diriger les acteurs.

Vous vous êtes éloigné ces derniers temps du théâtre…

Je ne me suis pas éloigné sauf que je ne me penche pas actuellement sur un travail théâtral. Ce que je peux dire c’est que j’ai appris le théâtre grâce au défunt Tayeb Seddiki. Aujourd’hui, on ne retrouve pas du vrai théâtre. Il est devenu de plus en plus commercial.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *