Pétition pour sauver le cinéma marocain : Les acteurs culturels montent au créneau

Pétition pour sauver le cinéma marocain : Les acteurs culturels montent au créneau

Producteurs, réalisateurs, acteurs, scénaristes et techniciens du secteur cinématographique marocain tirent la sonnette d’alarme.

Ils ont lancé récemment une pétition publique sous forme d’une lettre demandant au ministre de la culture et de la communication, Mohamed Laâraj, une intervention immédiate pour sauver le cinéma marocain de sa «situation catastrophique». En effet, ces acteurs culturels ont déjà établi leurs revendications. Elles concernent en gros le retard du paiement des tranches des avances sur recettes. «Plusieurs producteurs ont été contraints de suspendre leurs tournages après avoir épuisé toute leur trésorerie. Plusieurs sociétés de production ont hypothéqué leurs biens ou émis des chèques qui s’avèreront sans provision. Ainsi que plus de 2.500 techniciens marocains n’ont pas reçu leurs salaires depuis plusieurs mois», indique-t-on.

Et d’ajouter que face à cette situation due au retard du fonds d’aide «plus de 500 comédiennes et comédiens marocains attendent de percevoir leurs cachets et plus de 160 fournisseurs attendent que leurs factures soient honorées». Ils déplorent aussi que plusieurs producteurs aient été contraints de suspendre leurs tournages après avoir épuisé toute leur trésorerie. «Malgré toutes les relances, cette situation demeure inchangée à ce jour. Elle s’inscrit dans une logique de non-respect du décret ministériel instituant le texte de l’avance sur recette et celui des cahiers des charges qui régissent la production nationale. Face à cette situation que la production cinématographique marocaine n’a jamais atteinte depuis 50 ans et après la collaboration avec l’ensemble des ministres de la communication qui vous ont précédé».

A cet effet, ces acteurs demandent le versement de tous les retards des sommes non versées au fonds d’aide à la production nationale depuis plusieurs années, «le relèvement de l’enveloppe globale alloué à ce fonds, pour la faire passer de 60 millions DH à 100 millions DH, afin de répondre à la croissance du nombre des films produits par notre pays». Dans la pétition on peut lire également : «Si cette situation n’est pas réglée avant le 30 novembre, nous vous informons que les professionnels du cinéma au Maroc feront entendre leur voix au cours du Festival international du film de Marrakech et alerteront l’ensemble des instances concernées par ce dossier».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *