Saâd Chraïbi revisite l’histoire de la décolonisation jusqu’au Printemps arabe

Saâd Chraïbi revisite l’histoire de la décolonisation jusqu’au Printemps arabe

Il se met à nouveau derrière la caméra avec un nouveau film intitulé «Les 3M»

Le réalisateur revient cette fois-ci avec un genre qui mêle fiction et archives historiques. Il reprend le rôle qui lui est cher de témoin engagé, en constante interrogation sur son temps.

Après une longue absence, le grand cinéaste et scénariste Saâd Chraïbi signe son retour au cinéma avec «Les 3M». Il est actuellement en plein tournage de ce long métrage qui se déroule entre Casablanca et Paris. Il faut dire que le réalisateur de la trilogie «Femmes et femmes», «Jawhara, fille de prison» et «Femmes en miroirs» revient cette fois-ci avec un genre qui mêle fiction et archives historiques. Il reprend le rôle qui lui est cher de témoin engagé, en constante interrogation sur son temps. Il revisite d’ailleurs 50 ans d’histoire de la décolonisation jusqu’au Printemps arabe, car il estime qu’«au lendemain du Printemps arabe, les questions de son origine et de ses implications devenaient inéluctables». Le film dont la sortie est prévue en octobre 2018 raconte le parcours de Malika, Mathieu et Moïse. Une musulmane, un chrétien et un juif, nés le même jour, au même moment, et dans le même quartier à Casablanca.

Ces trois amis vont partager les joies et les complicités de l’enfance et de l’adolescence. A l’âge adulte, les circonstances vont les séparer, mais ils vont se retrouver à Paris durant leurs études de journalisme. L’effervescence du monde, dans les années soixante-dix, sera à la base de leurs premières divergences politiques. Ils font pourtant le serment de fêter leur anniversaire commun tous les dix ans, pour faire le point sur leur relation. Ils décident de réaliser un documentaire où chacun apportera sa vision des choses sur les questions qui les préoccupent. «Il est question d’amitié, d’amour, de tolérance et d’engagement. La naissance d’une fille va devenir un facteur d’intrigue dans leur histoire, avant de déclencher leur destin final», indique-t-on dans une note d’information. Ceci étant, le réalisateur met en évidence une sélection de noms connus du petit et du grand écran au Maroc à l’instar de Sonia Okacha, Younès Bouab et Ivan Gonzales.

Ceux-ci assureront les trois rôles principaux. Le casting est complété en effet par d’autres figures comme Raouia, Saïd Bey, Salaheddine Benmoussa et d’autres encore. Notons que le film a reçu la subvention du fonds d’aide à la production du Centre cinématographique marocain (CCM). Le projet a été classé premier au sein de cette commission sur 27 projets. La sortie officielle est prévue pour octobre 2018. A rappeler que Saâd Chraibi est l’une des figures représentatives du cinéma marocain. Dans ses trois films les plus connus par le public marocain, «Femmes et femmes», «Soif» et «Jawhara», ce réalisateur a su porter un regard spécifique sur la société marocaine et est arrivé à traiter le sujet de la femme, de l’histoire (coloniale) et des «années de plomb» avec une touche spéciale à lui.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *