mars 24, 2017

Saadia Azgoune: «Plus on avance en âge, plus le choix des rôles devient judicieux»

Saadia Azgoune: «Plus on avance en âge, plus le choix des rôles devient judicieux»

Entretien avec Saadia Azgoune, actrice

Ma famille et mes amis me perçoivent en tant que personne ayant une forte personnalité. Il se peut que cela se reflète dans mes rôles car j’essaye toujours de présenter la femme marocaine dans sa réalité.

ALM : Cela fait longtemps que vous ne vous êtes pas affichée dans un

rôle. Pourquoi ?

Saadia Azgoune : Je suis toujours présente sauf que je m’affiche rarement pour deux raisons principales.

D’abord, cela est dû à la rareté des productions. Aujourd’hui, on se retrouve avec trois ou quatre productions par an. Et cela n’est pas du

tout suffisant. L’autre raison serait que je suis devenue de plus en plus exigeante quant au choix des rôles. J’essaye de bien sélectionner ceux-ci parce que c’est très important pour moi.

Auriez-vous des nouveautés en ce début d’année ?

J’ai reçu des propositions de la part de plusieurs réalisateurs. Pour le moment, je suis en train de lire les scénarios qui m’ont été soumis. Donc, je ne peux pas dire plus de détails car ce n’est pas encore confirmé.

Qu’est-ce qui a fait que vous ne figurez pas parmi le groupe de Lalla Menana dans la série «Ser El Marjane» diffusée lors du mois de Ramadan dernier ?

On m’a posé cette question à plusieurs reprises. Le fait d’apparaître avec l’équipe de Lalla Menana dans chaque projet n’est pas une condition. Cela revient également au choix du réalisateur puisque c’est lui qui décide des personnages après le casting.

Vous incarnez toujours des personnages ayant une forte personnalité. Est-ce le cas pour vous dans la réalité?

Je suis une personne sincère et confiante. Ma famille et mes amis me perçoivent en tant que personne ayant une forte personnalité. Il se peut que cela se reflète dans mes rôles car j’essaye toujours de présenter la femme marocaine dans sa réalité. Cette femme qui jouit d’une forte personnalité et capable de réussir sa vie quelles que soient les circonstances.

Comment préserver son succès même si l’on avance en âge ?

Plus on avance en âge, plus le choix des rôles devient judicieux. Pour ma part, j’ai eu la chance de jouer les rôles de Lalla Mennana et Chaibia Tallal qui sont assez intéressants. Ce que je peux dire c’est que ces deux personnages m’ont marquée dans mon parcours artistique et j’en suis fière.

Est-ce que vous vous souvenez de votre rôle de prostituée dans «Le voleur des rêves» avec Rachid El Ouali et Rachid Fekkak ?

Je me rappelle très bien ce rôle. Il s’agit d’une femme prostituée mais également courageuse et noble à la fois et qui a pu aider et sauver une autre personne malgré ses conditions. Il faut tenir compte de cet aspect de noblesse et je trouve que c’est un message aussi fort. Et si jamais j’ai l’occasion de jouer ce rôle pour une deuxième fois, j’accepterai volontiers mais avec des conditions.

Cela fait longtemps que vous n’avez pas joué sur les planches. Pourquoi ?

Je ne me suis pas du tout éloignée du théâtre. Je suis en train de préparer un projet théâtral prévu pour cette nouvelle année. Je ne peux pas en dévoiler plus parce que je voudrais en faire une surprise au public.

Tout comme plusieurs artistes chevronnés, vous êtes issue de Hay Mohammadi. Comment percevez-vous cela ?

Effectivement je suis issue de Hay Mohammadi et plus précisément du quartier Moulay Cherif. Je suis fière d’appartenir à ce quartier populaire. C’est là que se sont constituées de grandes figures de la politique, de la culture et du sport. J’ai appris beaucoup de valeurs de ce quartier. J’y ai appris la force, la volonté et le courage. J’y rends toujours visite et j’emmène mes enfants avec moi pour bien connaître ce lieu emblématique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *