Tendre est la nuit

Tendre est la nuit

C’est un film tourné en 2008 et qui a mis beaucoup de temps avant de sortir en salles. Normal, avec un bonhomme comme Abel Ferrara, à qui l’on doit entre autres grands films «Bad Lieutenant» et «Nos Funérailles», il faut s’attendre à tout. Le bon et le moins bon. Reste que Abel Ferrara est un cinéaste économe, qui ne livre pas des opus en série. Loin de là.  Mais chaque film est un événement. Une leçon de cinéma. Une percée dans l’univers de l’imagerie à un moment où d’autres réalisateurs préfèrent la facilité. Avec GO GO Tales, Abel Ferrara renoue avec le monde de la nuit. Nous sommes dans  le Paradise, un cabaret branché de gogo danseuses situé dans le Sud de Manhattan.

  C’est une réelle fabrique à rêves que dirige un dénommé Ray Ruby. Un soir Ray Ruby et son bras droit, le comptable Jay, doivent affronter la colère de la propriétaire des lieux bien décidée à les expulser. Pire, les danseuses menacent de se mettre en grève. Ray tente sa chance à la loterie… Rien d’extraordinaire, en somme. Sauf que sous l’œil d’Abel Ferrara, le cabaret revêt des aspects à la fois bibliques et expiatoires. Il s’agit d’une descente en roue libre dans les méandres d’une vie parallèle, celle des noctambules. Nous sommes bien avant le 11 septembre.
C’était une autre vie. Tout fout le camp une fois le drame frappe la ville. Le sexe, le striptease, l’effeuillage de sens, l’argent, la drogue, rien n’y fait. Il faut prendre un nouveau virage. Les esprits s’échauffent, perdent leurs repères et donnent de la voix. Et là, face à  ces petits désagréments de la vie des gens de la nuit, c’est l’autre face du monde qui est révélée.  

Le souci du cinéaste Abdel Ferrara, n’est pas de singer un énième film, style vintage sur les cabarets. Mais surtout de montrer qu’en bon électron libre dans un monde régi par les grandes majors, il peut faire son film comme il l’entend, avec sa propre vision des choses. C’est justement cette métaphore d’un cinéma indépendant créatif, en panne sèche de financements qui rend cet opus à la fois atypique, captivant et surtout profond.  Oui, on peut aussi faire de grands films, avec de vrais sentiments, signant de grands acteurs comme Willem Dafoe, sans se payer la tête des gens.  D’ailleurs, ce dernier joue également l’autoportrait du cinéaste comme un clin d’œil très vicieux et inspiré. Et c’est jubilatoire.

 Réalisé par Abel Ferrara.
Avec Willem Dafoe, Bob Hoskins, Matthew Modine et Asia Argento

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *